Alouettes c Stampeders

Crédit : Pierre-Paul Poulin / Le Journal de Montréal

Alouettes

L’attaque des Alouettes devra continuer de produire pour l’emporter à Ottawa

Publié | Mis à jour

L’attaque des Alouettes a fait un pas dans la bonne direction lors du dernier match, mais les joueurs de cette unité savent très bien qu’ils ont encore beaucoup de travail à faire avant de se comparer aux meilleurs de la Ligue canadienne.

Contre Calgary, l’escouade montréalaise a produit les points nécessaires afin de pouvoir savourer une victoire surprenante. Est-ce qu’on a enfin assisté au déclic tant attendu ?

«Il n’y a pas de doute qu’il a encore place à amélioration, a souligné le quart Darian Durant. Lors des trois premiers matchs, on s’est tirés dans le pied à plusieurs reprises avec de mauvaises punitions.

«Contre Calgary, on ne l’a pas fait et c’est un pas en avant. Si on élimine les erreurs de notre jeu, il n’y a pas de limites à ce qu’on pourra réaliser.»

Lors des quatre premières rencontres, Durant n’a pas été extraordinaire, mais pas exécrable non plus. Il a complété 75 de ses 113 passes (66,4 %) pour des gains aériens de 940 verges avec quatre touchés et quatre interceptions.

Si on compare ces chiffres avec ceux des nombreux quarts qui ont défilé chez les Alouettes au cours des dernières saisons, c’est un départ intéressant.

Il ne faut pas oublier que Durant est encore en train d’établir certains repères avec ses receveurs et qu’il n’avait jamais évolué avec aucun d’entre eux avant de s’amener à Montréal.

«Je suis plus confortable avec eux chaque jour, a confirmé Durant. Je suis toujours en train d’assimiler la façon qu’ils bougent avant les jeux, où ils aiment recevoir le ballon et dans quelle couverture ils désirent se retrouver pour capter ma passe.

«C’est un processus d’apprentissage qui se poursuit.»

Une période d’adaptation

Les ratés offensifs qui se sont produits durant les premiers matchs étaient prévisibles selon Luc Brodeur-Jourdain.

«Je m’attendais à ce que ça prenne un certain temps (avant que l’attaque des Alouettes se mette en marche), a souligné le Québécois. Même s’il avait travaillé avec Jacques (Chapdelaine) dans le passé, Darian (Durant) n’avait pas évolué pendant une saison complète avec notre livre de jeux.

«Ça prend du temps à développer un synchronisme et une confiance au sein d’une unité offensive. C’est plus long que la défensive ou les unités spéciales. On progresse bien dans l’ensemble.»

Par contre, s’il y a une position où la chimie s’est rapidement installée, c’est au niveau de la ligne offensive. Les colosses des Alouettes n’ont accordé que deux sacs depuis le début de la saison, le plus bas total de la LCF.

«On a accordé quelques pressions lors du dernier match, mais on a été en mesure de faire les ajustements pour la deuxième demie, a précisé Brodeur-Jourdain. On a une très bonne communication entre nous et une bonne profondeur au sein de notre unité.»

Le demi défensif Jonathon Mincy s’est entraîné avec la première unité. Toutefois, l’entraîneur-chef Jacques Chapdelaine a refusé de confirmer sa présence pour le match à Ottawa.

Libéré par les Alouettes au cours des dernières semaines, le joueur de ligne offensive Jacob Ruby s’est trouvé du boulot chez les Eskimos d’Edmonton. L’ancien choix de première ronde avait connu une saison 2016 très difficile, sa première comme partant.