Impact

L’Impact doit gagner à domicile

Publié | Mis à jour

Le même discours est revenu, dimanche, après l’entraînement de l’Impact de Montréal au Centre Nutrilait. Il faut utiliser l’avantage de jouer des matchs à domicile pour récolter un maximum de points.

«C’est un confort de pouvoir jouer dans sa ville, dans son stade, c’est un environnement que l’on connait bien et les gens nous encouragent, a affirmé le défenseur Wandrille Lefèvre. Le fait de ne pas voyager est aussi un avantage, car les déplacements en MLS peuvent être éprouvants.»

Lefèvre et son entraîneur adjoint Jason Di Tullio n’ont pas hésité à dire que le début de saison du 11 montréalais n’était pas celui espéré.

«On est déçu de notre position au classement, mais récemment, on a eu de bons résultats à la maison. Défensivement on a encaissé juste un but à nos trois derniers matchs à domicile, a expliqué l’entraîneur adjoint Di Tullio.

Avec une fiche de 5-6-6, dont quatre victoires à domicile, l’Impact se retrouve en neuvième position dans l’Association de l’Est, à sept points du Crew de Columbus, dernier qualifié pour les séries.

L’Impact qui possède trois matchs en main sur le Crew a encore son destin entre ses mains et 10 matchs sur 17 à jouer à domicile.

«La priorité est d’être dominant à la maison, on a vu que lorsque les partisans sont au Stade Saputo et que les joueurs ont leur soutien, on a du succès, a déclaré Di Tullio.

Objectif : encaisser moins de buts

Depuis le début de la campagne, l’Impact a encaissé 29 buts, dont 20 en 10 matchs à l’extérieur. À l’inverse, les représentants du bleu blanc noir ont marqué 27 buts.

«On a des statistiques acceptables sur le nombre de buts que l’on marque. Par contre, le nombre de buts que l’on encaisse est trop élevé», a avoué le défenseur de 27 ans.

«C’est une responsabilité collective, on pense souvent que c’est la faute des derniers remparts, mais cela peut venir de plus haut sur le terrain. Pour moi, c’est un ensemble de tâches qui doivent être effectuées pour réduire le nombre de buts encaissés», a-t-il ajouté.

Pas de risque avec Piatti

Le retour d’Ignacio Piatti n’est pas pour tout de suite. L’Argentin a fait quelques exercices avec le physiothérapeute, mais à l’écart de ses coéquipiers. Il n’a toujours pas repris l’entraînement collectif depuis qu’il s’est blessé aux adducteurs, contre le Toronto FC le 27 juin.

«Son rétablissement avance assez vite, Nacho est un joueur important pour nous et on veut qu’il termine la saison, alors on va faire attention», a expliqué Di Tullio.

Deux joueurs ont quitté l’entraînement prématurément. Le milieu de terrain Marco Donadel a semblé se plaindre d’une blessure au genou, tandis que son coéquipier Hassoun Camara s’est écroulé en se tenant l’arrière de la cuisse droite, à la suite d’une accélération. Plus de peur que de mal pour Camara qui a indiqué aux physiothérapeutes de l’équipe qu'il avait juste senti un spasme.