Marc-Antoine Turcotte

" />

Boxe

Pluie d'insultes à Toronto

Marc-Antoine Turcotte

Publié | Mis à jour

Au lendemain d'un premier arrêt plutôt décevant à Los Angeles, la tournée mondiale de promotion pour le combat McGregor-Mayweather du 26 août a «mis le feu» à Toronto, mercredi soir.

Le rappeur torontois Drake a eu l'honneur d'introduire les deux athlètes à la foule rassemblée au Budweiser Stage. Les responsables de l'endroit ont d'ailleurs fait état d'une capacité maximale: 16 000 fidèles étaient sur place pour assister à cette conférence historique.

Bien que Floyd et Conor ont fait patienter la foule une heure de plus que prévue, ils n'ont pas tardé à s'échanger des politesses, à quelques centimètres l'un de l'autre.

C'est à ce moment que le spectacle a commencé.

McGregor a pris le contrôle de la scène en lion. Il a tenu à mettre au clair la controverse entourant son micro fermé lors de la première journée de la tournée en attaquant les dirigeants de Showtime Sports. Les principaux intéressés ont démenti qu'ils ont empêché «The Notorious» de parler.

«Ce micro fonctionne-t-il? J'emmerde celui-ci dans ce cas, a-t-il déclaré en claquant celui installé sur le podium. Pendant que nous y sommes, j'emmerde aussi Showtime. Je le vois dans tes yeux (Stephen Espinoza, directeur général de Showtime Sports), tu n'es qu'un sale rat. Tu oses éteindre le micro du champion? Ça ne se déroulera pas comme ça, sale rat.»

McGregor a ensuite expliqué au public qu'il croit que l'entreprise tente de lui mettre des bâtons dans les roues à chaque occasion qui se présente.

On a souvent vu «The Notorious» agité, mais là, il semblait complètement enragé!

De bons jabs personnels envers Floyd

Voici quelques exemples de ce que Conor a dit à son adversaire.

À l'aide d'un décompte de trois secondes, la foule et lui ont «envoyé promener» tout le clan Mayweather à plusieurs reprises

«À 28 ans, je reçois des chèques de combattant et de promoteur. À 28 ans, Floyd se battait en sous-carte de Oscar de la Hoya.»

«Je ne lâcherai pas ce micro. Si Floyd le veut, qu'il vienne le chercher. Il est juste ici, viens le chercher!»

En se rappelant son combat contre Jose Aldo: «ils disaient la même chose qu'en ce moment: je n'ai aucune chance. Je n'ai eu besoin que de 13 secondes.»

«À tous les "experts": vous êtes fous si vous croyez que Floyd a une chance. Il a une toute petite tête! C'est un coureur, pas un combattant! C'est la plus grande mauviette de la boxe.»

«Qu'est-ce que tu fais avec un sac à dos sur scène? Tu ne sais même pas lire!»

«Showtime, gare à vos fesses: je termine toujours au sommet.»

Mayweather calme et confiant

Le boxeur invaincu nous a servi un peu la même recette que mardi: une bonne dose de confiance et de calme.

Même si la foule n'était pas du tout de son côté, il a bien tiré son épingle du jeu, notamment en portant un drapeau de l'Irlande, ce qui a visiblement irrité le champion de l'UFC, lui-même Irlandais.

Lorsque «Money» l'a offert à Conor, ce dernier lui a lancé en plein visage! Mais rien à faire, Floyd a continué son discours comme s'il ne s'était rien passé.

«Les fans ne m'affectent pas! Ils ne peuvent pas se battre pour lui. Le soir du combat, nous ne sommes que deux dans le ring», a-t-il précisé lors d'une entrevue sur les ondes de Showtime.

«Money» répare les pots cassés

Entre les propos qu'il a tenus envers son rival, Floyd a tenu à régler ses différends avec son ancien partenaire Dana White.

«Dana, je ne peux pas te manquer de respect. Tu as fait un travail immense dans l'UFC. Peu importe ce que j'ai dit dans le passé à ton propos, je m'excuse», lui a-t-il dit sur scène.

Sinon, voici les meilleures lignes que Floyd a déclamées à Toronto.

«On ne parle pas d'être au sommet un an, deux ans, trois ans, quatre ans! Fils de pute! (J'y suis depuis) 21 ans!»

«Je ne sais pas lire? Je sais cependant compter. Je fais de l'argent! Tu connais mon nom!»

«Vous voulez vraiment croire en un perdant qui abandonne? Je suis le meilleur, je sais que je suis le meilleur, et tu le sais que je suis le meilleur.»

«Ils ont dit que j'étais trop petit, que je courais. 49-0! Je cours... vers la banque!»

«Je suis beau dans ce kit à l'effigie de Toronto!» Or, il faudrait peut-être dire à Floyd qu'il s'agit en fait du drapeau du Canada...»

«Dana, on sait qui a de l'argent! Les vrais riches ne portent pas d'habit», a-t-il dit au président de l'UFC, qui portait un t-shirt.

La conférence s'est terminée avec un deuxième face-à-face, encore plus animé que le premier.