Crédit : Stevens LeBlanc/JOURNAL DE QUEBEC

Cyclisme

Les organisateurs du Tour de Beauce veulent ramener l’étape du mardi

Publié | Mis à jour

Le Tour de Beauce aimerait ajouter une étape à la prochaine édition de l’événement en juin 2018.

La 32e édition s’est conclue, dimanche, avec une étape complètement folle qui a été marquée par de nombreux changements au classement général.

«Je rêve du retour de l’étape du mardi, a confié le directeur général Francis Rancourt. On ne peut pas confirmer le retour dès maintenant, mais on pense que c’est possible de le faire dès l’an prochain. Nous sommes sur le point de la remettre.»

En 2014, les organisateurs avaient enlevé une étape afin d’équilibrer le budget qui oscille entre 650 000 $ et 700 000 $.

«À l’époque, on avait enlevé une étape, mais c’était dans nos plans de la remettre lorsque la situation financière le permettrait, a souligné Rancourt. Une étape coûte environ 50 000 $. Notre année financière se termine le 31 août et on ne prévoit pas un gros surplus. L’objectif est d’équilibrer le budget. L’avenir du Tour de Beauce passe par le développement d’événements. Le Championnat provincial est à venir, le Granfondo Louis Garneau ainsi qu’un Granfondo à Lac-Mégantic.»

La Corporation du Tour de Beauce avait soumis sa candidature pour accueillir le Championnat canadien de 2018, mais Cyclisme Canada s’est tourné vers Kamloops après deux éditions à Ottawa.

«Dans le passé, on a souvent profité d’un désistement pour accueillir les Canadiens. Quand il y a un problème, on devient la solution de rechange. Sur le plan sportif, on livre bien la marchandise, mais je comprends Cyclisme Canada qui souhaite obtenir plus de visibilité. Le centre-ville d’Ottawa et une petite communauté de 35 000 personnes comme Saint-Georges, c’est différent.»

Critérium enlevant

Rancourt est ravi de la dernière édition.

«Avec l’écart de 26 minutes à la première étape, le jeu était complètement ouvert. On a fait des découvertes et c’est la première fois qu’on assiste à autant de changements au général la dernière journée. Les favoris ont travaillé pour les soldats.

«Le critérium de Québec, qui est habituellement tranquille, a été très enlevant, alors que le maillot jaune a été attaqué, de poursuivre Rancourt. Les équipes décideront entre elles si c’est correct éthiquement d’attaquer le maillot jaune après une chute, mais ce fut bon pour le spectacle. Et il y a les Français qui ont été vraiment surprenants et qui ont payé leur voyage à l’aide d’une campagne de sociofinancement. Ils avaient un as [Clément Russo a terminé à la deuxième place au général] dans leur jeu.»