U.S. Open - Final Round

Crédit : AFP

Golf

Les records tombent à l’Omnium des États-Unis

Publié | Mis à jour

L’édition 2017 de l’Omnium des États-Unis sera reconnue comme celle où les golfeurs ont malmené le parcours, fait 1363 oiselets et enregistré parmi les plus bas pointages de l’histoire.

Le vainqueur, Brooks Koepka, a égalé, dimanche, le record établi par Rory McIlroy en 2011 au Congressional en cumulant une fiche de -16. Justin Thomas a battu le record de Johnny Miller vieux de 44 ans en retranchant neuf coups à la normale. Il n’y avait jamais eu plus de 1241 oiselets et 140 rondes sous la normale. Et les 31 joueurs sous la normale après 72 trous dépassent la marque des 124 à Medinah en 1990.

En analysant les 18 trous d’Erin Hills avant le tournoi, la largeur «démesurée» des allées faisait amplement jaser. L’Omnium américain est reconnu pour ses allées fermes et étroites, son épaisse herbe haute et ses verts ultrarapides rimant avec scores élevés.

Équitable

Les surintendants et les officiels ont livré un parcours juste et un défi à la hauteur des attentes. Les conditions météorologiques ont toutefois changé la donne. La pluie, tombée en début de semaine et durant quelques nuits de la compétition, a attendri le terrain. Malgré ses quelque 7800 verges, Erin Hills était à découvert, sous les dents des meilleurs golfeurs de la planète.

«C’est un parcours extraordinaire. C’est un consensus ici, a souligné le numéro 5 mondial, Jordan Spieth. Chaque fois que l’Omnium débarque sur un parcours et que les scores frôlent la normale, il y a des complaintes. Soudainement, la configuration est difficile, mais juste, et les golfeurs sont sous les -12. Les gens continuent à se plaindre.

«Je crois que c’était excitant, a continué à argumenter le champion de 2015. Le tableau des meneurs était congestionné. Plusieurs jeunes joueurs étaient dans la course pour leur premier titre majeur. Nous avons vu du très bon golf et des coups exceptionnels.»

En ronde finale, Erin Hills a montré les dents et exigé le respect. Les bons coups ont été récompensés. Les meilleurs ont terminé le travail tandis que la majorité a peiné, fouettée par le vent. Seulement 18 golfeurs ont brisé la normale dans une ronde qui a alors repris les allures d’un vrai US Open...