LNH

Les Golden Knights peuvent passer à l’action

Publié | Mis à jour

De bons joueurs de centre, une brigade défensive efficace, un duo de gardiens du tonnerre. Quelle stratégie utilisera George McPhee pour donner vie aux Golden Knights de Vegas?

Depuis 10 heures dimanche matin, le directeur général de la toute nouvelle concession de la LNH connaît l’identité des quelques centaines de joueurs que les 30 autres formations ont mis à sa disposition. Ses acolytes et lui ont maintenant jusqu’à mercredi matin pour faire part de leurs 30 sélections aux dirigeants du circuit ainsi qu’à l’Association des joueurs.

Les Golden Knights doivent sélectionner un seul joueur par équipe. Cette liste de 30 athlètes doit obligatoirement compter un minimum de 14 attaquants, neuf défenseurs et trois gardiens.

Contrairement aux expansions précédentes, les Golden Knights auront la chance de piger dans un bassin de joueurs de qualité. Et ils seront seuls à choisir.

Autour de Fleury

En 1993, Bobby Clarke, alors directeur général des Panthers de la Floride, avait jeté les bases de son équipe en sélectionnant John Vanbiesbrouck. Avec l’excellent portier pour protéger leur filet, les Panthers avaient atteint la finale de la Coupe Stanley à peine trois ans plus tard.

McPhee aura l’embarras du choix lorsque viendra le temps de sélectionner ses hommes masqués.

C’est un secret de Polichinelle que Marc-André Fleury se retrouvera en haut de la liste de l’homme de hockey. En plus du Québécois de 32 ans, McPhee pourrait jeter son dévolu sur Antti Raanta. Le Finlandais de 28 ans a su tenir la forteresse des Rangers, l’hiver dernier, au moment où Henrik Lundqvist a connu des ratés.

Parmi les autres gardiens disponibles, notons la présence du vénérable Roberto Luongo, de Cam Ward et de Jonathan Bernier. À première vue, Louis Domingue n’apparaît pas comme un incontournable, mais puisque les Coyotes n’ont rien de très bon à offrir, McPhee pourrait se laisser tenter. Quitte à s’en servir comme monnaie d’échange plus tard.

Premier trio excitant

Alors que certains directeurs généraux ont de la difficulté à mettre le grappin sur des attaquants prolifiques, McPhee devrait être en mesure de s’assurer les services de quelques fins marqueurs.

La réglementation entourant l’actuel repêchage d’expansion fait en sorte que McPhee, comparativement à ses prédécesseurs, n’aura pas à se rabattre uniquement sur des attaquants de deuxième et troisième ordres ou des patineurs en fin de carrière.

Avec James Neal (23 buts), Eric Staal (28) et Michael Grabner (27) sur un premier trio, les Golden Knights auraient de quoi jeter les bases d’une attaque plus que respectable.

Sans oublier Jonathan Marchessault, auteur d’une surprenante saison de 30 buts l’hiver dernier.

Le gros bout du bâton

À la ligne bleue, McPhee pourrait avoir le loisir de présenter une brigade misant à la fois sur l’expérience et la jeunesse.

Il serait surprenant que l’homme de hockey laisse passer la chance de mettre la main sur Marc Méthot, au grand désarroi de ce dernier, rendu disponible en raison du refus de Dion Phaneuf d’annuler sa clause de non-échange.

À moins que Pierre Dorion, le grand manitou des Sénateurs, ait convaincu son homologue de lever le nez sur le Franco-Ontarien en retour d’une compensation alléchante.

Sami Vatanen, chez les Ducks, Tobias Enstrom, du côté de Winnipeg, le jeune Slater Koekkoek, à Tampa, pourraient également s’avérer des prises intéressantes.

Nous saurons bientôt à quoi ressembleront les Golden Knights. Et d’ici là, George McPhee sera l’homme de hockey détenant le plus grand pouvoir de négociation.