Crédit : MARK WEBSTER / AGENCE QMI

LNH

L’énigme Cale Makar

Publié | Mis à jour

À un peu moins d’une semaine du repêchage de la LNH, Cale Makar continue à être l’un des joueurs les plus intrigants de cette cuvée et son nom commence même à circuler comme le potentiel premier choix au total.

Réalité ou fiction? Il faut évidemment en prendre et en laisser. Toutefois, lors d’une entrevue radiophonique, le journaliste Bob McKenzie, de TSN, affirmait qu’un recruteur lui avait récemment mentionné avoir Makar en premier sur sa liste, devant les Nolan Patrick, Nico Hischier ou Miro Heiskanen.

Le défenseur à caractère offensif a grandement fait jaser cette année. Évoluant pour les Bandits de Brooks, dans la Ligue junior de l’Alberta (AJHL), le cousin albertain de la Ligue de hockey junior AAA du Québec, Makar a tout cassé, littéralement.

L’arrière droitier a terminé la saison régulière au premier rang des pointeurs du circuit avec 75 points en 54 matchs. Il en a ajouté 16 en 13 parties éliminatoires pour mener les Bandits au championnat de la Ligue.

Dur à juger

Difficile donc, pour les différents recruteurs de la LNH, d’évaluer ce jeune talent albertain. Celui qui évoluera pour l’Université du Massachusetts à Amherst l’an prochain, dans la NCAA, a décidé de demeurer dans l’AJHL afin de ne pas perdre son admissibilité aux collèges américains. Il aurait pu s’aligner avec les Tigers de Medicine Hat, dans la Ligue de l’Ouest, qui détiennent ses droits.

«Je faisais des recherches et je sentais que, pour des raisons de développement, c’était la meilleure avenue pour moi», dit le jeune homme.

Heureusement, toutefois, les recruteurs n’ont pas eu que des matchs de l’AJHL pour évaluer. Capitaine de l’Équipe Canada Ouest au dernier Défi mondial junior A, il a également brillé avec huit points en quatre matchs.

«Après ce tournoi, les gens ont réellement commencé à parler de moi. J’ai commencé à croire en mes chances de faire partie des meilleurs défenseurs de ce repêchage», a-t-il ajouté.

Lors de ce tournoi, d’ailleurs, un recruteur avait mentionné au Journal, sous le couvert de l’anonymat, que Makar aurait eu sa place au camp d’entraînement d’Équipe Canada junior.

Constant

Pour le directeur de la Centrale de recrutement de la LNH, Dan Marr, il y a un aspect qui permet de penser que Makar aurait connu autant de succès s’il avait joué, disons, dans la WHL la saison dernière.

«Il n’y a pas de formule pour comparer les joueurs de différentes ligues. Toutefois, quand tu as un joueur d’élite qui te donne le même genre de prestation quel que soit le niveau, c’est un signe. Cale ne joue pas bien que contre les mauvaises équipes, il est constant quel que soit le niveau.» Bref, il ne serait pas surprenant qu’il soit sélectionné parmi les six ou sept premiers joueurs vendredi soir à Chicago.

Un défenseur des temps modernes

Par son style de jeu flamboyant et offensif, Cale Makar a souvent été comparé à un certain Erik Karlsson cette année.

Le capitaine des Sénateurs d’Ottawa a consolidé sa place parmi les meilleurs défenseurs du circuit Bettman lors des dernières séries éliminatoires. Tout ça malgré le fait qu’on le disait trop petit ou pas assez responsable dans son territoire à ses débuts.

Makar assure donc se baser beaucoup sur lui et avoir regardé plusieurs matchs des Sénateurs en séries.

«Je prends ces comparaisons avec beaucoup d’humilité, a-t-il reconnu. C’est un des meilleurs défenseurs de la Ligue.»

Toutefois, il y a une dizaine d’années à peine, le genre de style que pratiquent Makar et Karlsson n’étaient pas autant en vogue. Dans la LNH d’aujourd’hui, toutefois, les défenseurs sont de plus en plus appelés à soutenir l’attaque et à avoir le coup de patin pour le faire.

«Dans la LNH d’aujourd’hui, tu dois patiner et bouger la rondelle si tu veux avoir du succès», résume simplement le directeur de la Centrale de recrutement de la LNH, Dan Marr.

À améliorer

Évidemment, ce n’est pas parce que les défenseurs offensifs sont à la mode que le jeu défensif en est pour autant négligé par les différentes formations de la LNH. Et ça, Makar le sait pertinemment.

«Mon jeu défensif comporte certaines lacunes, concède-t-il. Rien pour m’empêcher de jouer dans la LNH, toutefois.

«Le hockey d’aujourd’hui est de plus en plus basé sur la vitesse et sur le sens du hockey. Ce sont deux aspects de mon jeu que je tente d’améliorer tous les jours et que je veux maîtriser. Je dirais que ce sont mes deux qualités premières en tant que joueur.»

Vendredi soir, donc, Makar deviendra vraisemblablement le joueur provenant de l’AJHL repêché le plus tôt de l’histoire du circuit. Le record appartient à Joe Colborne qui avait été le 16e choix au total du repêchage de 2008.