Boxe

Simon Kean sans pitié

Publié | Mis à jour

Simon Kean a livré la marchandise quand il a vaincu le coriace Brésilien Marcelo Luiz Nascimento, samedi soir, à l’Olympia.

Le protégé d’Eye of The Tiger Management est devenu le nouveau champion IBO des lourds en disposant de son adversaire par knock-out au cinquième round. Il a foudroyé Nascimento avec une belle combinaison amorcée par son jab.

«Je suis très heureux de mettre la main sur ma première ceinture. Il y a beaucoup de sacrifices derrière ce titre», a souligné Kean (10-0-0, 9 K.-O.).

D’ailleurs, le jab de Kean était à son meilleur. Il lui a permis de créer des brèches importantes dans la défensive du Brésilien, tout en pouvant placer ses coups de puissance. Il a admis que Nascimento l’avait toutefois touché au premier assaut.

«Je me suis posé quelques questions, a-t-il avoué. Ses grands bras m’empêchaient d’installer mon jab comme je le souhaitais.»

Kean a maintenant l’intention de relancer le Britanno-Colombien Adam Braidwood pour la tenue d’un combat entre les deux hommes dans les prochains mois.

«On lui a déjà fait quelques offres, mais il les a toutes refusées, a déclaré Kean. Braidwood, mon tab..., je suis prêt pour toi.»

Voilà qui est un message clair. On verra si Braidwood acceptera finalement la proposition du Québécois.

Ulysse vient à bout de Sismundo

On attendait avec impatience le duel entre Yves Ulysse fils et le Philippin Ricky Sismundo. Toutefois, en raison de la différence des deux styles, on a eu l’impression que ça n’a pas levé.

Malgré tout, Ulysse a signé une victoire par décision unanime avec sa vitesse d’exécution et son jeu de jambes. Le protégé de Rénald Boisvert a su bien gérer l’action contre un adversaire qui a foncé vers lui du début à la fin.

Il a suivi sa stratégie à la lettre en évitant de se retrouver dans le visage de Sismundo. Ulysse a complété son combat avec une petite danse.

Par contre, Boisvert n’était pas complètement heureux de son poulain.

«Dans l’ensemble, je suis satisfait, mais j’ai trouvé qu’il manquait un peu de timing, la fraction de seconde, a-t-il dit. Je sais que je suis sévère, mais c’est ce dont il aura besoin s’il veut accéder au top 10 mondial.»

Le Montréalais a ainsi pu venger les honneurs du Québec, car son opposant avait livré un verdict nul à Dierry Jean et battu Ghislain Maduma par décision.

Un Butler rassurant

Steven Butler (19-1-1, 16 K.-O.) avait plusieurs choses à prouver lorsqu’il effectuait son retour sur le ring contre le Polonais Damian Mielewczyk (10-4-0, 7 K.-O.). On peut dire qu’il a effacé tous les doutes à son égard depuis sa défaite du 28 janvier dernier.

Le Montréalais a passé le knock-out à Mielewczyk au deuxième round en sortant tout son arsenal.

«Je suis très satisfait et c’est au-delà de mes attentes, a affirmé Butler après son combat. Le knock-out est arrivé plus vite que je ne l’avais prévu, mais j’étais prêt pour huit rounds.»

«Je n’étais pas nerveux, mais j’avoue que j’ai pleuré ce matin (samedi) en raison des événements que j’ai traversés dans ma vie au cours des derniers mois, dont le décès de mon grand-père Marshall.»

Il a indiqué qu’il aimerait obtenir une revanche contre Brandon Cook dans les prochains mois. On verra si le promoteur Camille Estephan sera en mesure de satisfaire les demandes de son protégé.