Impact

L'Impact fait match nul en Floride

Publié | Mis à jour

Ignacio Piatti a inscrit un doublé en l’espace d’une minute et l’Impact a failli voler la victoire, mais a été contraint de se contenter d’un verdict nul de 3-3 face à Orlando City SC devant 25 527 spectateurs en Floride, samedi soir.

À voir : Sommaire

L'Impact floué sur le premier but d'Orlando

Piatti fait le travail, Dzemaili complète

Nacho frappe deux fois, coup sur coup!

L’Impact n’allait nulle part après une première demie pour le moins difficile quand Piatti s’est mis en marche avec deux buts en une minute.

Nacho a d’abord profité d’une passe de Blerim Dzemaili pour créer l’égalité 2-2 à la 58e minute en effectuant d’abord une belle touche qui a mystifié l’arrière Jonathan Spector.

Une minute plus tard, l’Argentin a remis ça en perçant la défense. Son premier tir a été bloqué par Joe Bendik, Piatti a sauté sur le retour et a tiré dans une cage déserte pour marquer son 8e but de la saison. Il s’agit des deux buts les plus rapides marqués par un joueur de l’Impact lors d’un match à l’étranger.

Nacho a ajouté une passe décisive en se faisant complice sur le second de la saison de Dzemaili, en première demie.

Fête gâchée

Spector est toutefois venu gâcher le vol éventuel de l’Impact en marquant de la tête sur un coup de pied de coin dans la 94e.

«À la fin, le juge de ligne nous a donné le ballon et l’arbitre a plutôt donné un corner», a déploré Mauro Biello.

Il y avait un moment que l’Impact n’avait pas cédé sur phase arrêtée.

Dire que Hassoun Camara a frappé le poteau avec moins de 15 minutes à jouer.

«Je suis satisfait du point, mais c’est normal d’être déçu de ne pas avoir les trois points», a déclaré Biello.

L’Impact demeure au 9e rang dans l’Est avec 18 points, trois de moins qu’Atlanta qui est 6e.

Un cocktail

Orlando s’est organisé un véritable cocktail dans la surface de l’Impact en première demie alors que chaque possession de balle des Lions était périlleuse pour les visiteurs.

Malgré la présence de cinq défenseurs, les hommes en pourpre ont déambulé avec aisance autour d’Evan Bush qui a dû réaliser un ou deux arrêts pour garder les siens dans le match.

Après deux matchs, on peut commencer à conclure que l’expérience à cinq défenseurs ne convient pas au Bleu-blanc-noir.

On n’a qu’à regarder le flanc droit pour s’en convaincre où Hassoun Camara et Victor Cabrera n’ont pas été capables de se coordonner.

«On n’a pas eu une bonne première demie, mais ce n’était pas à cause du schéma, on perdait tous nos duels», a soutenu Biello.

But douteux

Les locaux ont ouvert la marque sur un but de Matias Perez Garcia dès la 8eminute. Le but soulève toutefois un certain doute puisque Kaka semble avoir récupéré la balle derrière la ligne de fond avant de passer à Garcia. Vivement la reprise vidéo au mois d’août.

«Sur le premier but, [le ballon] était clairement en dehors et [les arbitres] ne l’ont pas vu», a déploré Biello.

L’Impact a rapidement répliqué. Après un bel arrêt de Bush, le jeu s’est transporté à l’autre bout du terrain; Ignacio Piatti a soutiré le ballon à José Aja pour déjouer un défenseur et refiler la balle à Blerim Dzemaili qui a battu Joe Bendik d’une solide frappe à la 16e.

Les locaux ont profité d’une confusion dans la surface pour reprendre l’avance sur un but de Carlos Rivas sept minutes plus tard.

Signe d’une nette domination des Lions, outre la passe de Piatti, l’Impact n’a complété aucune passe à l’intérieur des 30 mètres en territoire ennemi en première demie.