Boxe

Une victoire et des ceintures pour Custio Clayton

Publié | Mis à jour

Custio Clayton a mis la main sur les titres vacants continental des Amériques du WBC et international de l’IBF des poids mi-moyens, grâce à sa victoire par décision unanime face à Johnny Navarrete en finale du gala de boxe de la série Chrono Aviation du Groupe Yvon Michel (GYM), jeudi soir, au Casino de Montréal.

Cette victoire devrait également lui permettre de faire son entrée dans le top-15 WBC et IBF.

Les trois juges ont remis des cartes identiques de 100-90.

Lors du dernier round, Clayton (12-0-0, 9 K.-O.) a tout tenté pour mettre fin au duel avant le son de la cloche, mais Navarrete (33-10-1, 15 K.-O.) est parvenu à tenir le coup.

«Je respecte énormément mon adversaire de s’être présenté et d’avoir fait le poids», a mentionné le boxeur qui avait vu son opposant raté la pesée par 24 livres le 3 juin.

Après avoir dû se retirer de la carte qui mettait en vedette Adonis Stevenson et Andrzej Fonfara, l’athlète de 29 ans était soulagé du résultat.

«Je suis toujours patient et ce soir (jeudi) c’était le moment! Maintenant, nous allons voir ce qui suit. Je veux continuer à m’améliorer.»

Dicaire conserve sa fiche parfaite

Marie-Ève Dicaire (8-0-0, 0 K.-O.) a dominé Alejandra Ayala (5-2-0, 3 K.-O.) pour finalement remporter leur duel par décision unanime des juges (80-72, 80-72 et 80-72).

«Une victoire c’est bien, mais c’est également la façon avec laquelle je vais gagner qui est importante. J’ai travaillé beaucoup au niveau de mes esquives et de mon temps de réaction et on peut dire que je me suis améliorée.»

À quelques occasions, Ayala agrippait Dicaire par la tête, ce qui lui a même coûté un avertissement de l’officiel. Malgré un petit souvenir au visage, la favorite de la foule a bien géré la situation.

«Ça ne m’a pas déstabilisé, mais ça arrive souvent dans un combat gaucher contre droitier. C’est le prix à payer pour aller travailler à l’intérieur. Ç’a coûté une petite prune, mais on va l’effacer assez rapidement», a expliqué l’athlète à peine quelques minutes après son combat.

Malgré sa fiche parfaite, Dicaire n’est jamais parvenue à passer le K.-O. à une adversaire, mais c’est loin d’inquiéter celle qui a grandement confiance en ses moyens.

«Je ne cherche pas le K.-O. Il ne faut pas oublier que les femmes, on fait des rounds de deux minutes. Souvent, chez les hommes, les K.-O. vont arriver tard dans le round, mais un jour je vais réussir!»

Une victoire payante pour Shakeel Phinn

Après avoir offert un combat peu spectaculaire, malgré la victoire, à sa dernière sortie dans le ring, Shakeel Phinn (14-1-0, 9 K.-O.) a été beaucoup plus électrisant en venant à bout de Pablo Daniel Zamora Nievas (33-15-1, 19 K.-O.) par K.-O., au deuxième round.

Le Groupe Yvon Michel (GYM) a confirmé que cette performance allait lui valoir un contrat officiel avec l’organisation.

«The Jamaican Juggernaut» a fait visiter le plancher à son adversaire à deux reprises, dont une fois à la suite d’un puissant jab qui a eu raison de l’Argentin.

Victoire facile

Dès son entrée dans le ring, Patrice Volny (7-0-0, 5 K.-O.) a affiché un regard destructeur et il a projeté cette rage sur son adversaire Adriel Juzaino (25-16-3, 12 K.-O.) qu’il a mis K.-O. en 49 secondes.

Volny a appris seulement mercredi qu’il allait remplacer Oscar Rivas sur la carte et son adversaire est arrivé à Montréal jeudi matin.

En ouverture de gala, Bruno Bredicean (9-0-0, 3 K.-O.) a vaincu le Mexicain Fernando Valencia (8-4-0, 4 K.-O.) par décision unanime (58-55, 57-56 et 57-56). La victoire aura toutefois laissé des séquelles, alors que le Montréalais s’est fracturé la main droite, lors du deuxième engagement.