Pittsburgh - Nashville

Les Predators seront encore aspirants l'an prochain

Matt Larkin / The Hockey News

Publié | Mis à jour

Les Predators de Nashville se sont peut-être inclinés en finale de la Coupe Stanley devant les Penguins de Pittsburgh, mais la formation du Tennessee possède tous les éléments afin de tenter leur chance à nouveau, dès l’an prochain.
 
Si les Preds ont décidé de ne pas rendre P.K. Subban disponible pour les médias quelques jours avant le sixième match, l’ancien défenseur des Canadiens de Montréal n’a pas eu peur de s’exprimer à peine quelques minutes après l’élimination des siens.
 
Fidèle à son habitude, le numéro 76 s’est démontré confiant, malgré la grande déception, en affirmant que l’équipe allait être de retour en finale dès la saison prochaine.
 
Au début des éliminatoires, l’équipe vêtue de jaune était classée 16e et dernière favorite pour soulever le précieux trophée, mais ce n’est pas une surprise de les avoir vus faire un si long bout de chemin.
 
Bonne brigade défensive
 
Menés par leurs quatre excellents défenseurs (Subban, Mattias Ekholm, Roman Josi et Ryan Ellis), les Preds seront très solides pour plusieurs saisons.
 
Les quatre défenseurs sont sous contrat au moins jusqu’à la saison 2019-2020 et Subban, à 28 ans, est le plus âgé. Il leur reste donc tous beaucoup de belles années devant eux.
 
Filip Forsberg et Viktor Arvidsson sont pour leur part âgés de 22 et 24 ans et font partie des meilleurs talents offensifs de l’équipe. 
 
Ryan Johansen est également une pièce importante de l’attaque et cette année il a célébré son 24e anniversaire. 
 
À tout cela, on peut ajouter l’émergence des jeunes Kevin Fiala et Colton Sissons qui ont contribué aux succès des Predators en séries.
 
Pas peur de bouger
 
Afin de demeurer une formation compétitive, il ne faut pas avoir peur d’effectuer des changements à sa formation et le directeur général David Poile est l’un des DG les plus actifs du circuit.
 
Il n’a pas hésité à échanger Shea Weber, le visage de l’organisation, pour obtenir les services de Subban. Il a également sacrifié Seth Jones afin d’aller chercher Johansen.
 
Maintenant qu’il a goûté à une finale de la Coupe Stanley on pourrait croire qu’il sera encore plus tenté d’effectuer les changements nécessaires afin d’effectuer le travail.
 
Le seul problème pourrait se retrouver devant les buts. Pekka Rinne travaille bien, mais il est âgé de 34 ans et il a démontré de l’inconstance. Il a toutefois connu d’excellentes séries éliminatoires comme le démontre sa moyenne de buts alloués de 1,96 et son pourcentage d’arrêt de ,930.
 
Les Preds possèdent donc plus d’aspects positifs que négatifs pour leur futur. La saison 2016-2017 n’était donc pas la fin, mais bien le début d’une belle aventure.