Crédit : AFP

Pittsburgh - Nashville

Un grand moment père-fils pour Kristopher Letang

Publié | Mis à jour

Opéré en raison d’une hernie discale au niveau du cou, Kristopher Letang a dû se contenter du rôle de spectateur et de conseiller tout au long des séries éliminatoires. Cependant, c’est avec ses patins aux pieds et son uniforme sur le dos que le défenseur québécois a rejoint ses coéquipiers pour les célébrations entourant cette deuxième conquête consécutive des Penguins.

«J’ai voulu m’impliquer le plus possible et rester près de mes coéquipiers, mais c’est pas mal plus fort de célébrer comme joueur que comme entraîneur», a-t-il lancé alors qu’il se trouvait sur la patinoire du Bridgestone Arena.

Pour l’occasion, il était accompagné de sa conjointe et de leur fils Alexander. Ce dernier ne s’est pas fait prier pour se faire tirer le portrait avec son papa et le précieux trophée.

«C’est spécial pour mon gars d’avoir la chance d’être ici avec moi. Il le réalisera quand il regardera des photos dans quelques années. Mais il comprend quand même ce qui se passe», a-t-il expliqué.

Lorsqu’il sera plus grand, Alexander pourra voir le nom de Kristopher au moins trois fois sur la grande coupe argentée.

Il faut avoir disputé au moins 41 matchs de saison régulière ou au moins une rencontre de la finale de la coupe Stanley pour avoir le privilège de voir son nom y apparaître.

Puisque Letang a disputé 41 matchs pile au cours de la dernière campagne, les Penguins n’auront pas à demander une dérogation à la LNH.

Trois de suite?

Trois coupes Stanley en neuf ans, c’est tout un exploit de nos jours. Mais les joueurs des Penguins ne sont pas du type à se rassasier facilement. Letang croit que sa formation a ce qu’il faut pour mettre la main sur une troisième coupe en autant de saisons.

«Je suis très confiant. Quand tu as une équipe avec Crosby et Malkin, il n’y a rien d’impossible. Tous les ans, j’y crois. Je me dis pourquoi pas.»

Les Islanders du début des années 1980 sont la dernière dynastie à avoir réalisé l’exploit. Menés, entre autres, par Mike Bossy, Bryan Trottier, Denis Potvin et Billy Smith, ils ont été sacrés champions de 1980 à 1983.

Sans son ami Fleury

Letang, qui a récemment recommencé à chausser les patins, sera en mesure de commencer la prochaine saison en même temps que ses coéquipiers.

Cependant, il risque de manquer un gros morceau. En raison de l’ascension de Matt Murray, son grand ami Marc-André Fleury ne devrait pas être de retour.

«S’il doit partir, c’est une belle façon de le faire. Il est probablement le meilleur coéquipier de l’histoire des Penguins, a-t-il soutenu. Je suis juste content pour lui.»