Indycar

500 Milles d’Indianapolis: Jour de gloire pour Takuma Sato

Publié | Mis à jour

Takuma Sato est devenu, dimanche, le tout premier Japonais à remporter la prestigieuse épreuve des 500 Miles d’Indianapolis.

Le pilote de 40 ans a su tenir tête en fin de parcours au vétéran Helio Castroneves, qui tentait d’inscrire son nom sur le trophée du vainqueur pour la quatrième fois de sa carrière.

Cinq ans plus tôt, Sato avait frôlé la victoire alors qu’il luttait pour la tête, mais un accident survenu au dernier tour a ruiné ses espoirs.

Il s’agit seulement de la deuxième victoire en série IndyCar pour ce transfuge de la F1, après son succès acquis dans les rues de Long Beach en 2013.

«C’est un sentiment incroyable, s’est exclamé Sato à sa sortie de voiture avant de se voir remettre, tradition oblige, la bouteille de lait attribuée au gagnant. La course a été éprouvante comme c’est toujours le cas ici.

«Je dois rendre hommage à Helio, qui a piloté de façon juste et sans bavure. J’avais confiance en lui quand je me suis pointé à ses côtés pour le doubler. Cette fois, contrairement à 2012, l’épreuve s’est bien achevée pour moi.

«Quand il ne reste que trois tours avant la fin d’une course aussi longue, vous ne savez jamais comment elle va se terminer. Mais je me suis dit que l’occasion était belle pour tenter le tout pour le tout. Ma manœuvre a réussi.»

Encore l’écurie Andretti

Sato, parti du quatrième rang sur la grille de départ, procure ainsi à l’écurie Andretti, qui l’a recruté en début de saison, un deuxième triomphe consécutif et un troisième en quatre ans.

L’an dernier, contre toute attente, Alexander Rossi, cet autre ancien pilote de F1, avait paradé dans le cercle du vainqueur.

Le nouveau venu Ed Jones, originaire des Émirats Arabes Unis et âgé de 22 ans, s’est classé troisième, devant le Britannique Max Chilton et le Brésilien Tony Kanaan.

Brillant Alonso

Tous les yeux étaient rivés sur Fernando Alonso, qui avait fait l’impasse sur le Grand Prix de Monaco, disputé plus tôt dans la journée, pour faire ses débuts en IndyCar.

Le double champion du monde de F1 a été tout simplement brillant à sa toute première présence au Indy 500.

N’eussent été les ennuis mécaniques au 179e des 200 tours de la course, l’Espagnol aurait pu se battre pour la victoire.

Mais, encore une fois, c’est le moteur Honda qui a mis fin à sa magnifique prestation.

Plus ça change, plus c’est pareil...

N’empêche que, contrairement en F1, Alonso a pu donner une nouvelle démonstration de son talent.

On retiendra donc sa prestation magistrale, où il s’est même permis de mener le peloton pendant 27 tours. À ce chapitre, seulement deux pilotes ont fait mieux que lui, soit Chilton (50) et Ryan Hunter-Reay (28).

Comme quoi, donnez-lui une voiture compétitive, peu importe la série, il sera toujours aux avant-postes.

«Je viens de vivre l’une des expériences les plus exaltantes de ma carrière, a-t-il déclaré. J’ai éprouvé beaucoup de plaisir à rouler dans le peloton de tête et à affronter les meilleurs pilotes de la spécialité.»

Alonso retrouvera le baquet de sa F1 au Grand Prix du Canada, la semaine prochaine à Montréal.

Dixon, le miraculé

Les 500 Miles d’Indianapolis représentent sans conteste l’une des épreuves de course automobile les plus dangereuses et le 53e tour a failli tourner à la tragédie.

C’est par miracle que Scott Dixon, détenteur de la position de tête, est sorti indemne d’un terrible accident.

Incapable d’éviter le bolide du Britannique Jay Howard, qui venait de heurter le mur, le Néo-Zélandais a vu sa voiture décoller de la piste pour ensuite percuter une clôture de protection à une vitesse inouïe.

«Il m’a été impossible de contourner Jay, a indiqué Dixon. Mais ça démontre les progrès qui ont été réalisés en matière de sécurité. C’est décevant pour l’équipe qui m’avait préparé une voiture gagnante. On va se rependre la semaine prochaine à Detroit.»

Comme quoi, malgré cette folle embardée, Dixon se disait prêt à reprendre le volant de sa monoplace au plus vite...

Seul Canadien à prendre le départ de cette 101e présentation des 500 Miles d’Indianapolis, James Hinchcliffe a vu sa course se terminer par un autre accident, inquiétant lui aussi, qui, à 17 tours de la fin, a impliqué quatre autres voitures.

Seulement 19 pilotes des 33 partants ont rallié l’arrivée.