Impact

Piatti abat les Timbers

Publié | Mis à jour

Les partisans de l’Impact s’attendaient à une réaction et ils l’ont eue avec une victoire de 4-1 sur les Timbers de Portland grâce à une performance magistrale d’Ignacio Piatti, qui a inscrit un doublé devant 19 138 partisans comblés au Stade Saputo.

À voir :

Marqueur du premier but sur un tir de pénalité en première demie, Piatti a complété son doublé à la suite d’une belle séquence amorcée par Patrice Bernier et Blerim Dzemaili à la 50e minute. Anthony Jackson-Hamel a obtenu sa première passe décisive en carrière sur le jeu.

Ces deux réussites ont permis à Piatti de grimper au premier rang des meilleurs marqueurs de l’Impact en MLS avec 36 buts. Marco Di Vaio a fermé son compteur à 34 buts.

Ambroise Oyongo a scellé l’issue du match à la 77e minute après avoir reçu un centre de Ballou Tabla, qui a volé le ballon à un défenseur pour le remettre à son coéquipier. Kyle Fisher a inscrit l’autre but.

Dominant

Nacho Piatti a été dominant. En plus de ses deux buts, il a provoqué un carton rouge et deux cartons jaunes. Les joueurs des Timbers le cherchaient sur le terrain tant ils étaient frustrés.

«Nacho est fantastique, a lancé Mauro Biello. Il a eu une semaine difficile avec un problème à la jambe, mais il a été capable de s’exprimer. On a bien joué en milieu de terrain et on a été capables de le libérer.»

L’Impact prend le chemin de Vancouver, dimanche, en vue du match aller de la demi-finale du Championnat canadien, qui aura lieu mardi. Pas de doute, la victoire va faire en sorte que l’équipe va partir avec un bagage plus léger.

«Cette victoire va beaucoup aider la confiance, a reconnu Biello. C’est une performance complète. On sait ce qu’on est capables de faire. Quand on joue d’une certaine façon, on est bons.»

Première demie déjantée

On a eu droit à une première demie un peu déjantée où on a eu trois buts, un tir de pénalité généreux, un carton rouge et une collision qui aurait pu avoir de lourdes conséquences.

Commençons donc par le tir de pénalité. C’est Blerim Dzemaili qui est allé le chercher quand il s’est fait très légèrement accrocher par Sebastian Blanco dans la surface de Portland. Ignacio Piatti a facilement marqué sur le tir à la 13e minute.

Piatti a ensuite été à l’origine du carton rouge décerné à Diego Chara. Nacho l’a nargué en faisant mine de lui remettre le ballon, Chara ne l’a pas pris et lui allongé son avant-bras sur le nez.

Plus tard, Kyle Fisher et Fanendo Adi sont entrés en contact sur un duel aérien. Fisher en est sorti le plus amoché avec une coupure au front.

Une première

La collision n’a pas semblé ralentir l’arrière central de l’Impact puisqu’il a inscrit son premier but en carrière sur une tête à la suite d’un coup de pied de Dzemaili, à la 44e minute.

Pour ceux qui gardent le compte, c’est donc dire que Dzemaili a eu quelque chose à voir dans cinq des six buts marqués par l’Impact depuis son arrivée.

Les joueurs de l’Impact n’ont toutefois pas pu se réjouir bien longtemps puisque Diego Valeri a coupé l’avance locale de moitié une minute plus tard.

Il a reçu une superbe transversale d’Alvas Powell, mais il a surtout été mal marqué par Chris Duvall, qui lui a laissé trop d’espace.

Les facettes de Nacho

Difficile de parler de ce match sans parler de la performance d’Ignacio Piatti, qui a mis la main à la pâte de plusieurs façons.

«Nacho a les capacités d’ouvrir et de créer des chances. Quand il attire toute l’attention, ça nous crée de l’espace et l’adversaire panique un peu», a souligné Kyle Fisher.

Evan Bush a décidé d’aller au-delà des deux buts marqués par l’Argentin. «Il y a beaucoup de choses que Nacho fait qu’on ne remarque pas. Il a marqué deux buts, mais il a aussi fait perdre patience à [Diego] Chara pour obtenir le carton rouge.»

Fermer le match

Même si l’Impact a disputé un match beaucoup plus complet, le but accordé en fin de première demie n’a pas plu.

«Le match aurait dû être terminé à 2-0, mais on leur a permis de revenir dans la partie avant la mi-temps», a insisté Bush.

Mauro Biello a admis que la situation ne lui avait pas du tout fait plaisir.

«Je n’étais pas content à la mi-temps, je devais envoyer un message très fort pour leur faire comprendre que c’est facile d’échapper un match.»

Quel changement

L’Impact a été nettement plus solide sur le plan défensif et le retour de Marco Donadel dans l’alignement n’est pas étranger à cette amélioration. Le vétéran amène du calme et du rythme dans les reprises de ballon qui font défaut à certains de ses coéquipiers.

«J’aime ça jouer avec Marco, il est calme et il veut jouer au ballon, a souligné Patrice Bernier, qui a lui aussi excellé. C’est un gars qui ne panique pas et on peut lui donner le ballon même quand il y a de la pression.

«C’est bien d’avoir des gars qui peuvent temporiser et maîtriser la possession parce qu’on ne court pas en va-et-vient.»