Pittsburgh Penguins v Ottawa Senators - Game Three

Crédit : AFP

Ottawa - Pittsburgh

Les Penguins veulent oublier pour avancer

Publié | Mis à jour

Matthew Murray a gagné une coupe Stanley l’an dernier pour Mike Sullivan. Marc-André Fleury est celui qui a transporté les Penguins de Pittsburgh jusqu’à la finale de l’Association de l’Est cette saison. Pour le quatrième match contre les Sénateurs d’Ottawa, Sullivan devra choisir entre le jeune et le vétéran.

À sa sortie d’un entraînement à l’aréna des Gee-Gees de l’Université d’Ottawa, jeudi, Fleury restait encore dans le brouillard.

«Je n’ai pas encore parlé à Mike [Sullivan], mais j’espère pouvoir y retourner», a dit le gardien de 32 ans.

Fleury a rappelé un concept de base pour un gardien avec le principe d’une mémoire à court terme.

«C’est important pour toute l’équipe d’oublier le dernier match, pas juste moi, a-t-il dit. C’est 2-1 dans la série. Que nous perdions 5-1 ou 2-1, le résultat reste le même, c’est juste une défaite.»

«Je dois oublier ce qui est arrivé et apprendre de mes erreurs, a-t-il continué. Il n’y a jamais eu un gardien avec 16 victoires parfaites en séries. Il faut juste oublier ça et passer par-dessus.»

Chassé du match dès la première période après quatre buts en neuf tirs, Fleury savait qu’on le blâmerait pour la défaite de 5-1 au dernier affrontement. Il n’y a pas de pardon pour un gardien. C’est la même histoire pour un quart au football ou un lanceur au baseball.

«Depuis le temps, je suis habitué de vivre avec les critiques, j’ai le dos large, a mentionné le gardien originaire de Sorel. Mais je ne me préoccupe pas trop de ce que les gens peuvent dire. Je serai prêt pour le prochain match.»

Loyauté d’équipe

Avant le début de cette finale de l’Est, Jim Rutherford clamait haut et fort que la présence de son équipe dans le carré d’as était attribuable à la remarquable prestation de Fleury. Le directeur général des Penguins se félicitait de ne pas l’avoir échangé.

Quelques jours plus tard, Sullivan n’a rien fait pour protéger son vétéran en ne confirmant pas son gardien pour la prochaine rencontre. En séries 2017, Fleury présente un dossier de 9-5, une moyenne de buts alloués de 2,56 et un taux d’efficacité de ,924. Avant les déboires de la dernière partie, il avait signé deux jeux blancs en trois départs.

En théorie, Sullivan devrait rester loyal envers Fleury. Mais la loyauté n’existe pas toujours dans le sport.

«Nous avons de la loyauté pour tout le groupe, pas juste pour un joueur, a répliqué l’entraîneur-chef, lorsque questionné sur ce sujet. Nous sommes une équipe dans le pur sens du mot. Est-ce que nous apprécions la contribution de nos joueurs et de Marc-André? Oui, absolument.»

«Mais, je le dis depuis longtemps : nous avons deux très bons gardiens, a-t-il enchaîné. Nous sommes chanceux de les avoir au sein de notre équipe.»

Blâme collectif

En trois joutes contre les Sénateurs, les Penguins n’ont marqué que trois buts. Cette statistique est plus révélatrice des problèmes de l’équipe que la controverse sur le choix du gardien.

Evgeni Malkin est bien conscient de cette réalité.

«On sent toujours la pression de marquer, a dit le Russe. C’est comme ça et on aime ça. C’est l’une des raisons pour lesquelles on joue au hockey. On comprend que la situation est critique, c’est le match le plus important qui s’en vient. On doit seulement jouer à la hauteur de nos capacités.»

En bon coéquipier, Malkin a également tenu à réconforter Fleury.

«Le problème n’était pas seulement lui, tous les joueurs ont livré une mauvaise performance. Il faut oublier ça, ce n’est qu’un match et ce n’est pas fini. On croit en notre groupe. C’est vrai qu’on a mal joué, mais c’est à nous de faire le contraire dès la prochaine partie. Et je sais que Marc-André a une bonne confiance.»

En bref

Justin Schultz, Patric Hornqvist et Bryan Rust n’ont pas participé à l’entraînement des Penguins.