Crédit : AFP

Blue Jays

Qui est le véritable coupable chez les Jays?

Qui est le véritable coupable chez les Jays?

Rodger Brulotte

Publié 02 mai
Mis à jour 02 mai

Les amateurs de sports de Toronto sont reconnus pour leur patience. La preuve est sans aucun doute leur appui pour les Maple Leafs malgré les innombrables déceptions au cours des quatre dernières décennies. Finalement, les campagnes passées semblent avoir porté leurs fruits en raison des nombreuses sélections de qualité au repêchage.

L’amour pour les Jays est conditionnel tandis que l’amour pour les Maple Leafs fait partie de l’ADN des Torontois. Les partisans des Blue Jays trouvent présentement que la saison est difficile à comprendre et encore plus à accepter.

Commençons par analyser les déboires de l’équipe.

L’an dernier les lanceurs partants des Jays n’ont raté aucun match en raison d’une blessure. En contrepartie, la grande faiblesse des hommes de John Gibbons était son groupe de releveurs qui a saboté trop de matchs.

Le directeur général, Ross Atkins, n’a fait aucun changement majeur pour améliorer sa rotation de lanceurs partants cette année. Comment a-t-il pu penser qu’aucun des lanceurs partants des Jays ne se retrouverait sur la liste des joueurs blessés pour une deuxième saison consécutive? Sans aucun doute, c’est sa première erreur de planification.

L’an dernier, sans même hésiter, je crois que la raison principale pour laquelle les Jays n’ont pas terminé au premier rang est les insuccès des releveurs. Qu’est-ce que le directeur général a fait pour rectifier la situation? A-t-il fait un échange pour obtenir un releveur de qualité à compter de la sixième manche?

Aussi incroyable que cela puisse paraître, le corps de releveurs a déjà subi huit défaites. Je vous laisse répondre à la question.

Le poste de receveur auxiliaire était une autre faiblesse. Il a laissé partir Josh Thole et avec raison. Sauf que nous sommes rendus au début du mois et il n’a pas encore corrigé cette situation qui est plus flagrante cette année. Après les insuccès de Jarrod Saltalamacchia, qu’on a tout simplement congédié, c’est au tour de Luke Maile d’obtenir sa chance. Ce dernier a une moyenne au bâton en carrière de ,206.

Et je ne vous parle même pas du départ d’Edwin Encarnacion. Je garde cela pour une autre chronique.

Soyons juste envers le gérant John Gibbons, ce n’est pas lui le problème ni le coupable. Changer de directeur général à ce temps-ci de la saison n'est pas la solution au problème. Alors quelle pourrait être la clé pour une remontée au classement?

C’est entre les mains des joueurs. Pour revenir dans la course aux séries, ils doivent connaitre d’ici la pause du Match des étoiles des séquences de sept victoires en 10 matchs leur permettant de se rapprocher d’une fiche de ,500.