SPO-IMPACT MONTREAL VS UNION PHILADELPHIA

Crédit : CARLISS MILLION/AGENCE QMI

Impact

L’Impact est capable du meilleur comme du pire dans un même match

Publié | Mis à jour

Après sept rencontres en 2017, l’Impact reste un mystère avec ses matchs séparés en deux demies complètement différentes.

À l’inverse des Canadiens qui commencent en force pour tranquillement s’éteindre, la troupe de Mauro Biello connaît des débuts timides pour rebondir dans les 45 dernières minutes.

À Philadelphie, le Bleu-blanc-noir a comblé un écart de trois buts pour obtenir un verdict nul de 3-3.

Ce retour après 40 premières minutes particulièrement pénibles a de quoi laisser perplexe.

Cadeaux

L’Impact a été désorganisé en première demie et il a accordé un premier but dès la cinquième minute à la suite d’une perte de balle d’Hernan Bernardello, qui avait un mauvais match dans les jambes.

Mauro Biello a parlé de trois cadeaux pour décrire les buts de l’Union et il faut lui donner raison.

«Sur le deuxième but, on donne trop d’espace pour accorder un centre facile et on ne défend pas bien au deuxième poteau», a résumé l’entraîneur-chef.

«Sur le premier but, il y a eu un manque de compréhension entre Hernan et Hassoun, et Bush s’est retrouvé seul. C’est le genre de chose qui ne doit pas arriver.»

Le troisième but a été marqué sur un tir de pénalité évitable, donc un autre cadeau.

Anomalie

Après la rencontre, Patrice Bernier soulignait avec beaucoup d’à propos que l’équipe avait besoin d’un élément déclen¬cheur pour se mettre en marche.

Ç’a été flagrant dans le match de samedi, alors qu’elle s’est fait marcher sur les pieds pendant la moitié du match avant de faire preuve de plus d’initiative.

Chris Duvall assure que c’est le genre de demie qui n’est pas la norme pour l’Impact malgré de lents départs.

«Une demie comme celle-là est une anomalie pour nous. Il faut retenir qu’on est revenus d’un recul de 3-0 contre une équipe désespérée. Tout le monde sur le terrain a contribué et c’est le plus important.»

Pas de panique

Avec sept points, l’Impact occupe toujours le 10e rang de l’Association Est, mais ne se trouve quand même pas bien loin de la ligne rouge qui le ¬sépare d’une place en ¬séries.

Il n’y a donc pas encore lieu de paniquer, mais le jeu défensif doit s’améliorer et rapidement.

Pour preuve, l’Impact occupe le quatrième rang parmi les équipes ayant accordé le plus de buts: 12. Il est à égalité avec Real Salt Lake, qui a cependant disputé une ¬rencontre de plus.

Il y a surtout un manque d’organisation et de concentration dans le jeu qui doit être corrigé.

Place aux jeunes

Avec un doublé samedi et trois buts à ses deux derniers matchs, Anthony Jackson-Hamel est en train de prendre son envol.

Pour le moment, il faut continuer de le voir comme un bon substitut pour ajouter une dose d’énergie dans un match qui en a besoin. Mais Matteo Mancosu devra en donner plus à Mauro Biello, il se fait plus discret, cette année.

Quant à Ballou Jean-Yves Tabla, il est entré dès le début de la seconde demie à Philadelphie et il a encore bien rempli son mandat.

Avec le lent début de saison de Dominic Oduro, il faudra voir ce que décidera de faire Mauro Biello parce qu’il est désormais évident que son équipe est meilleure quand ¬Ballou est sur le terrain.