HKO-HKN-MONTREAL-CANADIENS-VS-OTTAWA-SENATORS

Crédit : AFP

LNH

Erik Karlsson «pense d’abord à son équipe»

Publié | Mis à jour

C’est sans grande surprise que la LNH a annoncé vendredi que Brent Burns, Erik Karlsson et Victor Hedman étaient les trois finalistes pour l’obtention du Trophée Norris, remis annuellement au défenseur par excellence du circuit.

Si bon nombre d’observateurs prévoient que cette récompense sera décernée cette année au porte-couleurs des Sharks de San Jose, les membres de l’organisation des Sénateurs d’Ottawa ne l’entendent pas de cette façon, à commencer par Guy Boucher.

«Si vous lui en parlez, il vous répondra sans doute qu’il pense avant tout à l’équipe, pas aux honneurs individuels, de relater l’entraîneur en chef des Sénateurs. Mais, pour moi, il mérite ce trophée à cent pour cent.

«Il a été notre leader incontesté cette année, a-t-il renchéri. Il domine toutes les facettes du jeu. C’est un luxe que de compter sur un joueur aussi exceptionnel.

«Il peut se porter en attaque avec une telle assurance qu’il ne mettra pas en péril la zone défensive de son équipe.

«Et il peut tenir tête aux meilleurs attaquants de la ligue en défense. Il nous donne des outils dans les deux zones. C’est une beauté de le voir jouer.»

Des coéquipiers élogieux

Après le court entraînement des Sénateurs, à quelques heures du cinquième affrontement contre les Bruins de Boston, des coéquipiers, en entrevue au Journal, n’ont pas manqué de louanger Karlsson, deux fois lauréat du trophée, en 2012 et 2015.

«Je l’ai déjà dit et je le répète, il est le meilleur joueur [pas seulement le meilleur défenseur] que j’ai côtoyé dans ma carrière, a souligné Alexandre Burrows, et ce, même si j’ai joué avec les frères Daniel et Henrik Sedin, Matt Sundin et Markus Näslund. Il est dans une classe à part.

«C’est notre meneur sur la glace et dans le vestiaire. Il fait tout bien sur la patinoire avec sa vision du jeu incroyable, son coup de patin exceptionnel et son maniement de rondelle efficace.

«On parle de ses exploits en attaque, mais peu de gens reconnaissent son jeu défensif. En somme, on est bien contents de l’avoir de notre côté.»

De l’avis de plusieurs, si le trophée était décerné aujourd’hui, Karlsson, que plusieurs comparent non sans raison à Bobby Orr, aurait été un choix logique.

Mais cet honneur n’est décerné qu’en fonction de la saison régulière, ce qui tend à favoriser Burns pour succéder à Drew Doughty, des Kings de Los Angeles.

Neuvième meilleur pointeur

Burns a dominé les défenseurs de la LNH pour les buts marqués (29), les points (76), les tirs au but (320) et les buts gagnants (6).

Sa production offensive le place au neuvième rang au classement des meilleurs pointeurs du circuit Bettman en saison régulière.

Karlsson, lui, a conclu sa saison avec un dossier de 71 points, dont 17 buts, mais a accumulé plus de passes que son rival Burns, tout en obtenant plus de points en avantage numérique.

Quant à Hedman qui, à l’instar de Burns convoite son premier trophée Norris, il a effectivement connu la meilleure saison de sa carrière avec une récolte de 72 points, un de plus que Karlsson.

Mais, selon toute vraisemblance, il est considéré comme le négligé dans la course.