LNH

La parité a bien meilleur goût!

La parité a bien meilleur goût!

Michel Godbout

Publié 20 avril
Mis à jour 20 avril

Nashville a battu Chicago 5 à 0. Les Sharks ont humilié les Oilers 7 à 0. Ce sont les deux anomalies des présentes séries éliminatoires.

En excluant ces deux erreurs de parcours, un seul match s'est terminé par un écart de trois buts. Sept rencontres se sont soldées par un écart de deux buts.

Mais voici où ça sent les séries à plein nez: un total 21 matchs sur 31 se sont décidés par un seul but! Onze d'entre eux par l'entremise de la prolongation.

Pour moi, c'est ça la parité!

Nous l'avons vu tout au long de la saison régulière avec des luttes à finir tant dans la conférence de l'Est que celle de l'Ouest. Outre les Capitals qui se sont écartés du peloton quelque peu et les formations qui côtoient les bas fonds des classements, toutes les équipes étaient à un moment ou l'autre impliquées dans la course aux séries.

Maintenant, nous y sommes plongés, dans cette période de l'année que l'on surnomme la VRAIE saison, et on réalise que la parité est plus présente que jamais.

Ces mêmes Capitals, que je viens de mentionner, l'apprennent à leur dépens. Toronto a beau avoir accédé aux séries via la huitième et dernière place disponible dans l’Est, l'équipe donne de véritables maux de tête à Barry Trotz et ses hommes.

Qui l'eut cru?

C'est exactement pour cette raison que je vous expliquais, lors de mon dernier blogue, pourquoi je déteste tant le jeux des prévisions en séries, car tout peut y arriver. Ça sonne cliché, mais le cliché comporte toujours du vrai!

Au moment d'écrire ces lignes, jeudi, on pourrait assister à l'élimination des Blue Jackets par les Penguins en cinq matchs.

Le même sort pourrait être réservé au Wild et ça pourrait être encore pire pour les joueurs des Blackhawks qui risquent de se retrouver sur les sentiers du Cantigny Golf Club après seulement quatre matchs!

Perdre en quatre contre Nashville? Là aussi, qui l'eut cru?!?

Ça n'enlève rien aux exploits des équipes qui nous surprennent.

Au contraire, ça ne fait que confirmer qu'il y a plusieurs bonnes équipes dans la LNH et que souvent, le classement ne raconte pas la vraie histoire.

Au bout du compte, c'est le partisan de hockey qui en ressort grand gagnant!

- Un texte de Michel Godbout