LHJMQ

Caractère

Caractère

Mikaël Lalancette

Publié 19 avril
Mis à jour 19 avril

C’est connu, pour gagner en séries, il faut des guerriers, des joueurs de caractère.

Je pense que c’est exactement ce qu’on a vu des deux équipes gagnantes mardi soir dans leur match décisif respectif.

À Rouyn-Noranda, les Saguenéens ont rebondi après une contre-performance gênante dans le match numéro six.

Revirement de situation complet 24 heures plus tard. Les Sags tiraient de l’arrière 3-1 en milieu de troisième et l’ont emporté 4-3 en prolongation.

Les quatre buts des Bleuets sont venus de joueurs acquis par Yanick Jean lors de la dernière période de transactions.

Deux buts pour Kelly Klima et deux buts pour l’ancien ennemi juré des Huskies chez les Foreurs de Val-d’Or, Olivier Galipeau.

C'était seulement la septième fois de l'histoire de la LHJMQ qu'une équipe visiteuse gagnait un match décisif en prolongation.

Les Sags méritent beaucoup de crédit pour cette victoire. Éliminer un champion en titre de la coupe du Président n’est jamais facile quand la culture de victoires en séries règne dans le vestiaire adverse.

Soyons honnêtes, ce n’était pas vraiment le cas dans le vestiaire des Saguenéens. Les leaders de l'équipe se sont levés, l'équipe peut dire mission accomplie.

Le triomphe des Sags met fin au parcours des Huskies, qui vont perdre plusieurs éléments clés dans les prochains mois. Rouyn-Noranda devra renouveler son attaque, rajeunir sa brigade défensive. Bref, les Huskies vont entreprendre un cycle de reconstruction.

Prochaine étape pour les Sags : les puissants Sea Dogs. On aura la chance de reparler de cette confrontation plus tard cette semaine.

L'Armada n'a jamais abandonné

À Boisbriand, l’Armada est devenue la quinzième équipe de l’histoire de la LHJMQ à combler un déficit de 1-3 et gagner une série 4 de 7.

Le Titan avait amorcé avec force la confrontation. L’Armada a sorti ses bottes de travail dans le match numéro cinq et le retour du gardien de 20 ans, Samuel Montembeault, a complètement changé la dynamique de cette série.

Dans les duels #5, #6 et #7, Blainville-Boisbriand a dominé Acadie-Bathurst 16-3 au chapitre des buts marqués.

La troupe de Joël Bouchard a été impressionnante contre une équipe bien préparée.

Les deux acquisitions majeures de l’Armada ont débloqué contre le Titan. En sept parties, Alex Barré-Boulet a brillé avec 15 points, contre 11 pour Pierre-Luc Dubois.

Les unités spéciales de l’Armada ont débuté la série au ralenti : 1 en 14 (7,1%) dans les quatre premiers duels, 7 en 14 (50%) dans les trois derniers.

À l’inverse, le Titan a débuté sur les chapeaux de roues en supériorité numérique : 7 en 14 (50%) dans les quatre premiers duels, pour terminer en discrétion 2 en 15 (13,3%) dans les trois suivants.

Bref, tous les indicateurs tournent du vert au rouge pour le Titan à partir du match numéro cinq.

Où sont les partisans?

Seule ombre au tableau pour l’Armada : les foules au Centre d’Excellence Sports Rousseau. Ils n'étaient que 1811 spectateurs mardi soir.

C’est la pire foule pour un match décisif en 22 ans dans la LHJMQ.

Il faut remonter au 1er avril 1995 pour retrouver un match numéro sept moins couru en séries. Et c’était survenu dans le «petit cabane» de Beauport, lors d’un match entre les Mooseheads et les Harfangs. Ils avaient alors été 1731 chrétiens entassés dans l'Aréna Marcel-Bédard.

L’Armada aura rendez-vous avec les Islanders de Charlottetown dans le carré d’as. Peu importe l’issue de la série, le gagnant va jouer une première finale de la coupe du Président dans son histoire.

Chez le Titan, l’équipe peut être déçue du résultat, mais le bilan de la dernière saison est positif.

L’équipe a affiché une progression de 24 points au classement en saison régulière et a atteint le deuxième tour des séries. C'est encourageant pour la suite des choses.

L’adversité vécue cette année sera salutaire l’an prochain, une campagne où le Titan devrait tirer son épingle du jeu.