Crédit : AFP

Blue Jays

Blue Jays: heureusement qu’il y a les Leafs

Blue Jays: heureusement qu’il y a les Leafs

Rodger Brulotte

Publié 18 avril
Mis à jour 18 avril

Depuis quelques années, les Blue Jays ont profité des insuccès des Maple Leafs qui leur permettaient ainsi d’avoir la priorité dans la couverture médiatique. Cette année, ils sont chanceux que les Leafs connaissaient du succès dans les séries. Les joueurs étoiles des Leafs sont électrisants tandis que ceux des Jays sont en chute libre! Le résultat, c’est que dans les médias ni les chroniqueurs ni les animateurs des lignes ouvertes n'ont le temps de varloper les Jays, ils sont trop excités par les performances des Leafs!

La question qu’on doit se poser est très simple. Les insuccès des Jays de l’an dernier se poursuivent-ils? D’accord, ils ont participé aux séries d’après-saison, mais de peine et de misère. L’offensive, tout comme l’an dernier, ne provoque pas des manches de seulement un point comme c’était si souvent le cas en 2016, grâce notamment à la longue balle. Cette année les frappeurs de puissance sont rares chez les Jays et surtout, la situation vient de s’aggraver avec la perte de Josh Donaldson qui a été placé sur la liste des joueurs blessés.

Le frappe-et-court, le vol de but et les amortis sacrifices font parties du fameux livre de stratégie du baseball. Le livre n’est dans aucune bibliothèque, mais le gérant doit avoir une planification pour réagir selon la situation qui se présente.

Le point encourageant, le seul, c’est dans les statistiques qui font plaisir aux agents et parfois aux gérants pour détourner l’attention. En 2016, les Torontois ont connu deux mois avec des fiches inférieures à ,500. Par contre à l’inverse ils ont terminé deux mois avec des fiches supérieures à ,600. Cette année je ne crois pas qu’ils ont le talent pour connaître des mois avec une fiche supérieure à ,600. Par contre, ils doivent éviter les longues séquences d’insuccès.

En passant, Edwin Encarnacion frappe présentement pour ,204 avec un coup de circuit et deux points produits. Juste pour vous signaler qu’il n’aurait pas fait une grande différence dans ce mois d’avril pitoyable des Jays.

GO LEAFS GO est le mot d’ordre chez les Jays!

(Un texte de Rodger Brulotte)