LHJMQ

Place aux séries!

Place aux séries!

Mikaël Lalancette

Publié 19 mars
Mis à jour 19 mars

Je ne sais pas pour vous, mais je trouve très intéressantes les séries de premier tour cette année dans la LHJMQ.

Plusieurs histoires pourraient nous offrir des séries relevées, générer des déclarations savoureuses et développer des rivalités intéressantes pour les prochaines années.

J’aurai l’occasion de vous offrir mes prédictions plus tard cette semaine, mais d’ici là, voici quelques observations...

Sea Dogs (1) c. Océanic (16) : ce sera la chance pour Simon Bourque, qui vient tout juste de signer son premier contrat professionnel avec les Canadiens de Montréal, de saluer les partisans rimouskois pour une dernière fois. L’Océanic a connu une difficile fin de saison depuis son départ (10-17-4-1). Au-delà des 43 points qui séparent les deux équipes au classement cette année, c’est une tâche colossale qui attend la troupe de Serge Beausoleil dans cette série.

Huskies (2) c. Mooseheads (15) : il était temps que la saison se termine pour les Mooseheads, coincés dans une section relevée. Essoufflé après une grosse saison, le Suisse Nico Hischier n’a récolté que cinq points en huit matchs en mars, rien à voir avec sa cadence avant le Championnat mondial junior. La série nous offrira des retrouvailles entre André Tourigny et l’équipe qu’il a profondément marquée comme entraîneur-chef, DG et propriétaire, les Huskies de Rouyn-Noranda. Du sang de Huskies coule d’ailleurs dans les veines de ses deux fils, tous deux repêchés par l’organisation en juin dernier.

Cataractes (3) c. Foreurs (14) : Étienne Montpetit a prouvé ce samedi qu’il pouvait tenir tête à l’attaque des Cataractes mais ce sera tout un mandat de gagner quatre fois contre Shawinigan! Vrai, les hommes de Claude Bouchard n’ont pas été convaincants en fin de calendrier, mais c’est une nouvelle saison qui débute. Bouchard retrouvera d’ailleurs l’équipe avec laquelle il a gagné la coupe du Président, les Foreurs, en 2001. Ce sont ces mêmes Foreurs qui ont éliminé le Drakkar en grande finale en 2014, où il était l’adjoint d’Éric Veilleux. Le Bleuet des Cataractes n’a pas oublié cette cruelle défaite...

Islanders (4) c. Drakkar (13) : Admettons-le, c’est toute une remontée que le Drakkar a connu en fin de parcours. Il y a eu de sérieux pourparlers entre les deux clans pour les services d’Antoine Samuel, mais c’est finalement Mark Grametbauer qui a pris le chemin de Charlottetown. Nicolas Meloche va renouer avec son ancienne formation, lui qui a été l’un des neuf joueurs acquis par voie de transactions par les Islanders. Sur papier, le Drakkar est négligé de A à Z.

Armada (5) c. Voltigeurs (12) : Dominique Ducharme a eu beau échanger Joey Ratelle, Alex Barré-Boulet, Anthony Dumont-Bouchard et Frédéric Aubé, les Voltigeurs ne seront pas dans le boulier du prochain repêchage midget. Ça relève presque du miracle! Ne vous attendez pas à des attaques vicieuses dans les médias entre les pilotes de ces deux rivaux de premier tour. Ducharme et son rival de l’Armada, Joël Bouchard, sont de bons amis dans la vie. Les Voltigeurs ne seront toutefois pas une proie facile. Barré-Boulet connaît plutôt bien la détermination qui règne dans le vestiaire adverse.

Titan (6) c. Remparts (11) : Les Remparts ont eu beau remporter les deux affrontements cette saison, le Titan est en bien meilleure posture que l’équipe québécoise. Les gardiens des Remparts devraient voir beaucoup de caoutchouc, mais en fin de compte, la force de frappe de l’offensive acadienne risque de faire la différence. Christophe Boivin, le sixième meilleur pointeur du circuit, reviendra dans sa ville natale le couteau entre les dents. Le Titan est dû pour des victoires en séries!

Screaming Eagles (7) c. Olympiques (10) : Voilà l'un des duels les plus imprévisibles du premier tour éliminatoire de cette année. Les deux équipes sont bien dirigées et elles peuvent marquer des buts. C’est un duel entre le meilleur pointeur du circuit, Vitalii Abramov, et le meilleur buteur de la LHJMQ, Giovanni Fiore. Un bon défi pour les jeunes Screaming Eagles que de vivre l’ambiance des séries au Centre Robert-Guertin! Les Olympiques se pointent en séries négligés et gonflés à bloc. Danger!

Saguenéens (8) c. Tigres (9) : La table est mise depuis belle lurette. Les hostilités sont déjà lancées entre ces deux rivaux de la section Est. Le pilote des Saguenéens a accusé son rival d’utiliser un style de jeu «dépassé» un peu plus tôt cette année. Chicoutimi a eu une stratégie agressive lors de la dernière période des transactions alors que Victoriaville a opté pour la prudence. Deux bonnes équipes de hockey, qui ont terminé le long marathon de 68 matchs à trois points d’écart. Le dossier des gardiens des Tigres sera à surveiller. Yanick Jean fera tout pour éliminer ses anciens protégés, où il a travaillé comme entraîneur-chef et DG.

Doués... mais ignorés

Qu’ont en commun Vitalii Abramov, Alex DeBrincat et Sam Steel?

Ils dominent le classement des marqueurs de leur ligue junior respective au Canada!

Dans la LHJMQ, il y a un peu plus d'un mois, Abramov accusait un retard de dix points sur Tyler Boland de l’Océanic. Il l’a finalement devancé dans la dernière semaine.

Crédit photo : MARTIN ALARIE/AGENCE QMI

Dans l’OHL, DeBrincat détient 19 points d’avance sur son coéquipier chez les Otters d’Erie, Taylor Raddysh. L'Américain a marqué un but ou plus dans 19 matchs consécutifs, égalant un record ontarien de Mike Ricci vieux de 30 ans. Sa séquence de matchs avec un point est de 27, un record d’équipe établi par un certain... Connor McDavid. Rien de moins!

Dans la WHL, Sam Steel a un point de plus que son coéquipier chez les Pats de Regina, Adam Brooks. À 131 points cette année, c’est lui le meilleur pointeur de la Ligue canadienne de hockey.

On pourrait croire que là s’arrête le jeu des comparaisons...

Pas du tout!

Lorsqu’on s’arrête quelques instants, on réalise qu’ils ont tous les trois été ignorés par leur pays respectif au dernier Championnat mondial junior...

Le Canada a retranché Steel en toute fin de camp de sélection à Boisbriand...

Les Américains ont carrément snobé DeBrincat, ne lui pardonnant peut-être pas son saut chez les juniors canadiens...

Les Russes se sont privés d’Abramov, le petit magicien des Olympiques de Gatineau...

Quand on vous disait qu’il y avait du talent à Montréal et Toronto!

Le meilleur pointeur de chaque ligue junior au pays n’était même pas là!