Crédit : Ben Pelosse / JdeM

Canadiens

Jordie Benn parmi l'élite de la LNH en désavantage numérique

TVA Sports / Nicolas Cloutier

Publié | Mis à jour

Si Jordie Benn a été considéré jusqu’ici comme un défenseur de soutien, il possède néanmoins un talent hors du commun au sein même de la LNH: celui de bloquer des tirs en désavantage numérique.

À forces égales, il est certes préférable de contrôler le jeu plutôt que de défendre, mais on ne peut en dire autant à court d’un homme, où la corvée devient incontournable.

Benn, lui, semble avoir cerné son identité en tant que spécialiste en la matière. Parmi les défenseurs de la LNH ayant joué au moins 100 minutes en désavantage numérique, la nouvelle acquisition des Canadiens figure au sixième rang pour les tirs bloqués proportionnellement au temps de jeu.

Plus simplement dit, Benn réussit à bloquer 12,58 lancers pour chaque heure qu’il écoule sur la glace avec un joueur en moins. Seuls Justin Braun (Sharks de San Jose), Ian Cole (Penguins de Pittsburgh), Josh Gorges (Sabres de Buffalo), Calvin de Haan (Islanders de New York) et Kris Russell (Oilers d'Edmonton) font mieux que lui parmi les 115 défenseurs de ce classement.

Les comparaisons établies entre Benn et l'ancien du Tricolore Josh Gorges (Sabres de Buffalo) ne relèvent donc pas du hasard.

À Dallas, Benn était le défenseur le plus sollicité de son équipe en infériorité numérique, et il est dorénavant déployé sur la première unité à Montréal, en compagnie de Shea Weber. Il a donc ravi la chaise qui appartenait à Alexei Emelin, qui connait plusieurs difficultés dernièrement. 

Depuis l’arrivée de Claude Julien, les Canadiens affichent d’ailleurs la cinquième meilleure efficacité en désavantage numérique (88,9%), alors qu’ils se classaient au 22e rang dans ce département avant le congédiement de Michel Therrien (79,4%).

Jordie Benn a-t-il contribué à cette embellie? Tout indique que Marc Bergevin a acquis, le 27 février dernier, un véritable pan de mur!

(Les données proviennent de corsica.hockey)