Boxe

La loi du plus fort

La loi du plus fort

Bernard Barré

Publié 13 mars
Mis à jour 13 mars

Samedi soir, à Verona, deux crochets ont été décochés en même temps.

De un, Curtis Stevens, dos aux câbles, épaules par-derrière et poids sur les talons qui lance un crochet peu efficace qui touche quand même la cible, sans véritable effet.

De deux, David Lemieux qui a intelligemment réussi à amener son adversaire dans les câbles l’a dérangé avec un direct du droit pour ensuite effectuer un transfert de poids vers l’arrière et enchaîner avec un court crochet de la gauche, précis et percutant au visage de Stevens.

Voyez Lemieux et Ulysse fils en entrevue dans la vidéo ci-dessus.

La conclusion est cruelle et insécurisante. Tout le monde retient son souffle: est-ce que Stevens va finir par ouvrir ses yeux? Va-t-il reprendre conscience? Heureusement oui, mais le retour à la réalité sera difficile pour celui qui a agi comme agent provocateur depuis plus de trois ans.

Pour Lemieux (37-3-0, 33 K.-O.), sa performance lui permet de se rapprocher un peu plus de la machine à millions qu'est le Mexicain Saul «Canelo» Alvarez (48-1-1, 34 K.-O.) et consolide l’attrait du réseau américain HBO, toujours intéressé par les boxeurs qui rendent le travail des juges inutile.

Alvarez devra toutefois en découdre avec son compatriote Julio Cesar Chavez fils (50-2-1, 32 K.-O.), début mai, dans un combat qui suscitera les passions pour tous les amateurs de boxe de la planète.

Lemieux a frappé tout un coup de circuit samedi et il mérite, ainsi que toute son équipe, un grand coup de chapeau!

Yves Ulysse fils se fait remarquer

En préliminaires, le Québécois Yves Ulysse fils (13-0-0, 9 K.-O.) a démontré une habileté hors du commun pour faire passer comme un boxeur de deuxième ordre, le protégé invaincu de Golden Boy Zachary Ochoa (16 victoires en 16 combats avant ce duel).

Quelle performance pour le sympathique boxeur, qui a marqué beaucoup de points dans ce gala où plusieurs grosses pointures étaient sur place. L’avenir est prometteur dans son cas.

Une soirée magique pour nos deux boxeurs québécois.

Un texte de Bernard Barré