BOX-ADONIS-STEVENSON-V-THOMAS-WILLIAMS-JR.

Crédit : AFP

Boxe

Adonis Stevenson le pirate?

Agence QMI / Mathieu Boulay

Publié | Mis à jour

Adonis Stevenson pourrait se retrouver dans l’embarras dans les prochains jours. Le champion du monde WBC des mi-lourds aurait diffusé en direct le combat entre Eleider Alvarez et Lucian Bute sur sa page Facebook, vendredi soir.

Le boxeur (28-1, 23 K.-O.) a acheté le choc en français au Canal Indigo alors qu’il se trouvait avec quelques amis à son domicile. Puis, il a filmé plusieurs minutes de l’affrontement avec son cellulaire avant de les partager avec ses partisans.

En date de lundi, il y avait deux séquences qui étaient toujours disponibles: une sur la fin du duel et une autre de l’entrevue avec Alvarez après sa victoire.

Toutefois, comme le stipule la réglementation de la chaîne de télé à la carte, il n’avait pas le droit de mettre ces images sur les réseaux sociaux sous peine d’être poursuivi pour piratage.

Pourtant, selon l’un des conseillers de Stevenson, il ne croit pas que le boxeur ait diffusé l’événement dans son entièreté.

«Je ne pense pas que ce soit son style de faire une telle chose, a souligné Rudolphe Pierre-Louis. Il n’a jamais retransmis de combat live sur son compte Facebook dans le passé.

«À ce que je sache, il n’y a pas de loi qui empêche de diffuser des séquences d’un combat sur sa page Facebook.»

Pierre-Louis a ajouté une phrase lourde de sens.

«Il y a plein de gens qui le font à la boxe, mais aussi dans plusieurs autres sports, a-t-il commenté. Même moi, je l’ai fait lors d’un combat entre Carl Frampton et Leo Santa Cruz.»

Pertes de revenus

Depuis quelques années, la diffusion des combats dans des sites illégaux ou via Facebook est plus populaire que jamais auprès des amateurs.

Et ça représente un véritable casse-tête pour les chaînes de télévision et les promoteurs, qui voient d’importants revenus leur glisser entre les doigts.

En fin de compte, c’est souvent les boxeurs qui en paient la note. Par exemple, vendredi, Bute recevait un pourcentage des sommes récoltées avec la télé à la carte.

Si 4000 personnes ont regardé son combat de façon illégale au lieu de commander le duel à un coût moyen de 60 $, c’est un trou de 240 000 $ dans les coffres de son promoteur et du diffuseur. On peut penser que c’est un montant approximatif de 80 000 $ de moins dans les poches de Bute.

«C’est sûr que ça dérange, car ça représente de grosses pertes de revenus, a avoué le gérant de Lucian Bute, Chris Ganescu. Ce n’est pas la première fois que ça se produit.»

«Par contre, on ne sait pas encore comment on peut contrer ce phénomène. C’est sûr qu’il y a Facebook live, mais ce qui est plus préoccupant, ce sont les sites illégaux de streaming.»

D’ailleurs, GYM et Eye of the Tiger Management tentent de contrer ce phénomène avec diverses mesures pendant leur gala respectif, mais ils n’ont pas encore trouvé la solution pour freiner les amateurs qui ne veulent pas payer pour encourager leurs boxeurs favoris.