Boxe

Sébastien Bouchard l’emporte par décision unanime

Stéphane Cadorette / Agence QMI

Publié | Mis à jour

Sébastien Bouchard est entré dans l’arène au son de Loadé comme un gun. Et c’est Gustavo Garibay qui a été la cible de la décharge.

Non pas que le pugiliste de Baie-Saint-Paul ait découpé son rival en morceaux. Au contraire, il a eu droit à une bataille plus âprement disputée que prévue qui s’est soldée par une décision unanime des juges (77-75, 78-74, 79-73).

Bouchard (15-1-0, 5 K.-O.) a toutefois porté les meilleurs coups tout au long de l’affrontement.

Le favori du public de Québec a entamé en force dès le premier round, avant que la tempête se calme aux engagements suivants. C’est au huitième qu’il a tenté de porter le coup fatal, sans succès.

«J’ai voulu ouvrir la machine pour donner un spectacle aux fans de Québec, mais il m’a pincé au corps assez solide. C’est pour ça que j’ai dû ralentir le tempo, mais ce n’est pas grave, ce n’est que partie remise et je vais revenir plus fort», a-t-il commenté après coup.

Peu d’informations

Bouchard a rappelé que son rival mexicain lui était totalement étranger, peu d’informations circulant à son sujet.

«Je pensais qu’on serait plus dans la cabine téléphonique, mais le gars rentrait beaucoup avec sa tête et ses coudes», a-t-il indiqué. On savait qu’il n’avait pas connu la défaite depuis 2013, mais on était dans l’inconnu. Quand j’ai vu que je l’ébranlais au premier round, je me suis dit que j’allais le finir avant la fin, mais quand il m’a pincé au corps, il m’a coupé les deux jambes.

Vers un titre NABO

Fort d’une 15e victoire, Bouchard aimerait prochainement se produire dans un combat de transition avant de se battre pour un titre NABO d’ici la fin de 2017.

«Je suis maintenant 15e au classement nord-américain et je suis mûr pour ça. Je suis quelqu’un qui aime prendre son temps et je travaille beaucoup à l’entraînement. Plus j’ai le temps pour me préparer, mieux c’est, mais avant la fin de l’année, je veux une ceinture autour de la taille», s’est-il avancé.