SPO-PAN AM SAVARD

Crédit : DIDIER DEBUSSCHERE/AGENCE QMI

Sport universitaire

Les Carabins veulent écrire une page d’histoire

Publié | Mis à jour

Avec les Olympiennes Katerine Savard et Sandrine Mainville en tête, les Carabins de l’Université de Montréal tenteront d’écrire une page d’histoire en devenant la première institution québécoise à remporter le championnat canadien féminin de natation.

Plus de 300 nageurs provenant de 29 universités seront au rendez-vous à compter de vendredi au complexe aquatique de Sherbrooke qui a été rénové au coût de 11,2 millions $ à l’occasion des Jeux du Canada de 2013.

«C’est quand tu rêves que les choses deviennent possibles, a raconté Savard qui a remporté le bronze au relais 4X200m libre aux Jeux olympiques de Rio l’été dernier. On en parle ensemble. Dans une telle compétition, toutes les filles sont importantes parce que tout le monde peut amasser des points pour l’équipe. Ce n’est pas le nombre de médailles d’or qui va te permettre de remporter la victoire au cumulatif.»

Excitation

Pour cette raison, les athlètes doivent parfois sortir de leur zone de confort pour prendre le départ dans une épreuve inhabituelle. La stratégie entre en ligne de compte. Savard prendra le départ du 400m libre, samedi, plutôt que le 200m papillon où ses chances de victoire auraient été excellentes.

«J’en ai fait seulement un en carrière, a raconté la nageuse native de Pont-Rouge, jeudi après-midi, après le dernier entraînement. J’ai gagné le championnat provincial il y a deux semaines au PEPS, mais ça va être plus difficile au national. Sophie [Marois] fera le 200m papillon qu’elle a gagné l’an dernier. Elle a aussi terminé en troisième place aux essais olympiques. L’objectif est de remporter l’or dans les deux épreuves.»

Savard prendra le départ de quatre épreuves individuelles (50m et 100m papillon ainsi que les 200m et 400m libre) en plus de trois relais.

«C’est pour les relais que je suis le plus excitée, a affirmé la détentrice des records canadiens seniors sur 50m et 100m papillon. Pour la première fois de la saison, on va faire le 4X100m libre avec les quatre filles les plus rapides. Au provincial, nous avions fait le 4X50m. Sur 100m, nous sommes quatre des cinq filles les plus rapides au pays.»

Les sœurs Sabrina et Ariane Mainville et Camille Bergeron-Miron compléteront le quatuor bleu.

À quelques heures du championnat, les Carabins pointent au deuxième rang chez les femmes derrière les Thunderbirds de UBC qui ont échappé le premier rang l’an dernier au profit des Blues de Toronto après quatre titres consécutifs.

«On a une très bonne équipe, mais la marge d’erreur est mince, a résumé l’entraîneur-chef Pierre Lamy, qui a été capitaine du Rouge et Or de l’Université Laval pendant sa carrière de nageur. La porte est ouverte pour gagner, mais on doit poursuivre notre progression. C’est le message que j’ai servi aux filles jeudi soir.»

Rouge et Or

Du côté du Rouge et Or de l’Université Laval, qui occupe le huitième rang tant chez les hommes que les femmes, les objectifs sont plus modestes.

«J’aimerais avoir des chiffres plus excitants, mais on souhaite améliorer notre classement et terminer parmi les sept premiers, a mentionné l’entraîneur-chef Nicholas Perron. Depuis le début de l’année, l’objectif est de progresser.»

Pascal-Hugo Caron-Cantin représente la meilleure carte du Rouge et Or, lui qui complète son parcours universitaire.

«Il a des chances de médailles dans ses quatre épreuves (50m et 100m papillon, 50m libre et 50m dos), a affirmé Perron. Sur 400m et 800m, Caitlin Hodge possède elle aussi des chances de médaille.»

Samuel Wang, des Redmen de McGill, et Jonathan Naisby, du Vert & Or de l’Université de Sherbrooke, sont deux autres Québécois qui peuvent aspirer au podium.