Boxe

Le clan Alvarez déçu du WBC

Publié | Mis à jour

Même si Lucian Bute a été impliqué dans une affaire de dopage après son dernier combat, les dirigeants du programme antidopage du World Boxing Council (WBC) n’ont pas jugé bon de le soumettre à des tests durant son camp d’entraînement en prévision de celui de vendredi contre Eleider Alvarez.

Il faut remonter au 15 décembre, à l’occasion du congrès du WBC en Floride, pour voir l’ancien champion du monde des super-moyens de l’International Boxing Federation (IBF) fournir des échantillons à VADA (la Voluntary Anti-Doping Association), qui s’occupe des tests pour le WBC.

Une information qui en laisse certains songeurs malgré le fait que Bute ait prouvé son innocence auprès de la commission athlétique de Washington et du WBC avant la fin de 2016.

L’entraîneur d’Alvarez fait partie de ceux-là.

«C’est sûr que j’aurais voulu que les deux boxeurs soient soumis à un suivi plus sérieux que cela, a affirmé Marc Ramsay dont le pugiliste n’a pas non plus reçu la visite des représentants de VADA durant sa préparation. Il n’y a absolument rien eu.»

«C’est très, très décevant. Je suis très déçu du professionnalisme de VADA dans ce dossier. Heureusement, on a une bonne commission athlétique au Québec qui fera des tests le soir du combat. Il faudra placer notre confiance là-dessus.»

Pour s’assurer d’avoir un ou plusieurs tests pendant le camp d’entraînement des deux boxeurs, il aurait fallu que ceux-ci déboursent entre 20 000 et 30 000 $ chacun à VADA. Toutefois, ils ne l’ont pas fait et ils ont plutôt préféré laisser ce dossier entre les mains des dirigeants du programme antidopage du WBC qui est gratuit.

«La situation démontre clairement que les organismes de sanction n’ont pas encore le sérieux nécessaire pour pouvoir opérer de façon indépendante, a ajouté Ramsay. C’est une chose sur laquelle on devra se pencher.»

Bute n’a rien à cacher

Nous avons eu la confirmation que des représentants de VADA viendront à Québec pour faire passer des tests aux boxeurs, mais possiblement après leur duel.

Pour sa part, la Régie des alcools, des courses et des jeux du Québec (RACJQ) recueillera des échantillons d’urine de Bute et d’Alvarez selon son protocole prévu pour les duels d’envergure.

«J’ai signé pour faire partie du programme du WBC et je suis prêt 24 heures sur 24, a indiqué Bute lorsqu’il a été interrogé à nouveau à ce sujet. Ils peuvent venir aujourd’hui, demain, avant ou après le combat. Je n’ai rien à cacher.»

«Pour ce qui est de la décision des responsables du programme antidopage du WBC de ne pas venir nous tester pendant notre camp respectif, c’est leur décision, pas la mienne. J’ai accepté de signer avec eux, car je suis ouvert à tous les tests.»

Son entraîneur Howard Grant a démontré un certain désintéressement quant à cette question.

«Je ne suis pas ce que VADA fait, je ne lis pas ce qu’elle fait et je m’en fiche un peu, a-t-il expliqué. Mon boulot est d’entraîner mon boxeur et c’est tout.»

Heredia refuse de commenter

Pendant que le représentant du «Journal de Montréal» était en entrevue avec Grant, le préparateur physique de Bute, Angel Heredia, écoutait la conversation à quelques pieds de là.

Toutefois, quand on a voulu lui demander son opinion sur la situation, il a refusé de la commenter.

«Je ne veux pas répondre à vos questions», a-t-il affirmé sèchement au moment où il se dirigeait vers sa chambre d’hôtel.