Boxe

Alvarez sort les crocs

Publié | Mis à jour

De nature calme habituellement, Eleider Alvarez montre les dents à quelques jours du plus important combat de sa carrière contre Lucian Bute qui animera le Centre Vidéotron, le 24 février prochain.

Le boxeur d’origine colombienne (21-0, 10 K.-O.), qui met sa position d’aspirant obligatoire au monarque WBC des mi-lourds Adonis Stevenson en jeu, a ajouté de l’huile sur le feu dans la guerre psychologique qu’il livre depuis quelques jours à l’ancien champion du monde. Les deux hommes se sont confrontés à la télévision et à la radio.

«Je ne sais pas si j’ai gagné ou non la joute verbale, mais je vais démontrer dans le ring qui est le vrai gagnant. Je me sens très confiant. Les choses que j’ai dites, c’est parce que je les ai senties. C’est ce que je vais démontrer, a commencé par dire Alvarez après s’être exercé devant une poignée d’amateurs à Place Fleur de Lys de Québec, samedi après-midi.

«Je pense que oui, ça l’a affecté. Les choses que j’ai dites l’ont dérangé. J’ai dit la vérité et je suis entré dans sa tête. Je vais faire la différence avec ma performance. Il dit beaucoup de choses, qu’il est plus rapide que moi par exemple. Peut-être, car il a fait 13 championnats du monde, mais je me suis préparé très bien pour démontrer que je suis l’aspirant obligatoire et que je peux battre n’importe qui.»

Un K.-O. espéré

Âgé de 32 ans, Alvarez est encore méconnu du public malgré son ascension. Cette tribune sera l’occasion pour lui de changer cette tendance et il entend le faire de façon spectaculaire en mettant hors de combat son adversaire (33-3-1, 25 K.-O.).

«Il a dit des choses que je n’aime pas et c’est la raison pour laquelle je réponds comme ça. J’ai travaillé pour que le combat ne soit pas long et je veux aller chercher le K.-O. Ça ne finira pas à la limite. Ça fait longtemps que j’attends un combat comme ça», a soutenu le protégé du Groupe Yvon Michel (GYM).

Même s’il a recruté Alvarez, Yvon Michel fera preuve de neutralité lorsque les deux boxeurs grimperont dans le ring, vendredi prochain.

«Je veux que le meilleur gagne. Je suis très près de Lucian et d’Eleider. Je crois que les deux avaient besoin l’un de l’autre pour ce combat. Lucian avait besoin de légitimer sa position chez les mi-lourds s’il voulait retourner en championnat du monde et Eleider avait besoin d’aller chercher une victoire contre un gars ayant bonne réputation. Je ne prends partie pour aucun côté», a assuré le promoteur, qui a toujours bon espoir d’attirer 10 000 spectateurs.