Boxe

Cook ne veut laisser aucun doute

Publié | Mis à jour

Lorsqu’un boxeur défend son titre à l’extérieur de sa province ou de son pays, il sait qu’il risque d’être victime d’une décision locale si son duel se rend à la limite. C’est pour cette raison que Brandon Cook fera tout pour éviter que ça se produise.

«Je ne veux pas me laisser distraire par cet aspect. Je vais m’arranger pour ne pas laisser de doute dans la tête des juges, a déclaré l’Ontarien après son entraînement public mercredi. Si un combat est serré et qu’il se rend à la limite des 12 assauts, la décision va souvent au boxeur local.

«Ça peut aussi dépendre de l’identité des juges et de la façon qu’ils voient le combat.»

Pour son duel contre Steven Butler, Cook pourra compter des juges qui proviennent de trois endroits différents: Pasquale Procopio (Québec), Gail Jasper (New Jersey) et Craig Smith (Nouvelle-Écosse). C’est Marlon B. Wright qui sera responsable de l’action entre les câbles.

Même si ce n’est pas un combat de championnat du monde, la Régie des alcools, des courses et des jeux (RACJ) s’est donc assurée d’une neutralité au niveau de ses officiels.

Plusieurs plans de match

Pour l’emporter, Cook devra livrer l’une de ses meilleures prestations en carrière selon son entraîneur.

«S’il se bat à son plein potentiel et qu’il demeure lui-même, ce sera suffisant pour remporter la victoire, a souligné Mike Guyet lors d’une entrevue avec Le Journal de Montréal. J’ai plusieurs plans de match selon l’allure du combat.»

«De plus, Brandon a déjà traversé des tempêtes avant de remporter des duels au cours de sa carrière. On verra de quoi Butler est fait.»

Lorsqu’on regarde les deux pugilistes, le Québécois semble avoir un avantage au niveau de la portée. Ce qui pourrait forcer l’Ontarien à encaisser des coups s’il désire boxer à l’intérieur.

«On sait que Butler a un bon jab et qu’il possède de longs bras, mais rien ne peut battre un coup de puissance bien exécuté, a ajouté Guyet sans détour. On s’attend que Butler démarre le combat en force, mais nous sommes prêts à toute éventualité. S’il ne nous respecte pas, il sera dans le pétrin.»