Crédit : JOEL LEMAY/AGENCE QMI

Boxe

Lemieux affrontera Stevens en mars

Agence QMI / Mathieu Boulay 

Publié | Mis à jour

Après plusieurs mois où ils se sont cherché noise sur les réseaux sociaux, David Lemieux et Curtis Stevens auront enfin la chance de régler leurs comptes dans un ring.

Les deux boxeurs évoluant chez les poids moyens se sont entendus pour s’affronter le 11 mars prochain, au Casino Turning Stone à Verona, dans l’état de New York.

À cette occasion, la ceinture de NABO de Lemieux (36-3, 32 K.-O.) sera à l’enjeu. De plus, le duel sera présenté sur le réseau HBO dans le cadre de la série Boxing After Dark.

L’une des principales raisons de la tenue de ce combat est la confirmation du choc entre Canelo Alvarez et Julio Cesar Chavez fils dans les derniers jours. Ils en viendront aux prises le 6 mai, à Las Vegas.

Le co-promoteur et gérant de Lemieux, Camille Estephan, avait mentionné à plusieurs reprises que si l’affrontement entre Lemieux et Alvarez ne se concrétisait pas, il avait d’autres options sur la table pour garder son protégé dans le feu de l’action.

L’une d’elles était Curtis Stevens (29-5, 21 K.-O.), dont la carrière est gérée par Kathy Duva.

Après une pause d’un an après une défaite subie contre Hassan N’Dam Jickam, le poulain de John David Jackson vient de signer deux victoires contre Patrick Teixeira et James De La Rosa dans les derniers mois de 2016.

C’est un boxeur qui possède une bonne force de frappe, mais qui a aussi certaines lacunes défensives. Contre Lemieux, on aura la chance de savoir s’il est réellement parvenu à les corriger depuis son revers de 2014.

Une guerre de mots

Avant qu’ils ne signent leur contrat pour leur affrontement, Lemieux et Stevens s’étaient lancés dans une guerre de mots sur les réseaux sociaux durant les derniers mois.

Les deux pugilistes en ont rajouté une couche hier sur Twitter.

«Après tout ce que tu as dit, c’est l’heure de m’affronter, a mentionné Lemieux. Tu n’as plus à me chercher, je m’en viens.»

Stevens lui a répondu avec son manque de classe habituel.

«Tu as finalement enlevé la langue de ton derrière. On se voit bientôt le playboy.»

Golovkin: une similitude

En plus de N’Dam, Lemieux et Stevens ont un autre adversaire en commun: Gennady Golovkin.

Dans un cas comme dans l’autre, ils ont encaissé une défaite après huit rounds où ils ont été dominés.

Si Lemieux s’est fait arrêter par l’arbitre, Stevens a vu son entraîneur de l’époque stopper le duel qui était à sens unique.

On peut se demander qui sera en mesure d’avoir le dernier mot le 11 mars.