Plein air

Saveur d’automne

Publié | Mis à jour

Le mois d’août s’effrite à petit feu, les feuilles des arbres étirent leurs dernières teintes verdâtres.

Les matins frais font suer l’herbe haute, l’automne est en chemin...

Septembre marque à nouveau le retour de la saison de la chasse dans une fièvre qui est propre à ceux  qui pratiquent ce sport nature.  Marais, champs et forêts voient défiler ces adeptes tantôt vêtus de feuillage et de camouflage tantôt habillés d’une veste orangée.

Qu’on le veuille ou non, la chasse est bien ancrée au Québec et ses vertus positives se déploient aussi bien du côté économique que du côté alimentaire.

Il faut savoir que l’exercice de prédation de gibiers, classifiés en abondance, génère près d’un demi-milliard de dollars par année dans notre belle province. Ce déplacement de capitaux vise surtout les régions hors centres; ce qui permet de stimuler l’économie rurale. Il s’est vendu selon les relevés du ministère, plus de 500 000 permis de chasse aux petits et aux gros gibiers en 2015.

Au-delà des capitaux investis, le fruit de la chasse attire maintenant l’attention de la population par sa source de venaison Bio. Le sportif ayant connu le succès, peut se vanter d’avoir en sa possession une des rares sources de viande provenant d’un animal élevé dans la nature et en toute liberté sans additifs de croissance. Faible en matière grasse et riche en protéines, cette denrée unique existe ici chez nous et demeure accessible.

En voyant ces chasseurs costumés, emprunter les chemins de terre et les sentiers  cet automne, vous aurez maintenant la possibilité de distinguer l’économie qu’ils supportent et génèrent et ... la possibilité d’apprécier la chance qu’ils ont de puiser à même le garde-manger naturel: le Québec!