Coupe Memorial 2016

«Nous pouvons être fiers de notre saison» - Bouchard

Publié | Mis à jour

Les yeux étaient rougis et les gorges nouées quand les Huskies de Rouyn-Noranda ont paradé devant les représentants des médias, dimanche, après leur défaite en finale de la Coupe Memorial. L’entraîneur-chef Gilles Bouchard a toutefois rappelé que son équipe avait accompli de belles choses durant la campagne 2015-2016.

«Relevons la tête! Nos partisans et nous pouvons être fiers de notre saison. Gagner 72 matchs, c’est exceptionnel! Nous avons remporté la coupe du Président. Nos joueurs sont des champions et ils le seront jusqu’à la fin de leurs jours.»

«Cet après-midi [dimanche], ce fut un match extraordinaire, l’un des bons matchs des cinq dernières années entre deux équipes extraordinaires. La victoire aurait pu aller d’un côté ou de l’autre. C’est dur à encaisser, mais je retiens que les Huskies ont joué comme des champions. Je suis l’entraîneur le plus fier», a mentionné Bouchard.

Myers sur la touche

La perte de Philippe Myers, blessé au genou en deuxième période, a obligé la «Meute» à évoluer avec ses forces réduites face aux Knights de London, qui l’ont emporté 3-2 en prolongation.

«Myers ne pouvait plus jouer à compter de la deuxième période. Mathieu Boucher et Bruno-Carl Denis n’étaient pas là [en uniforme] non plus. On s’est battu jusqu’à la fin. Quand bien même je répéterais 14 fois qu’on aurait pu compter un troisième but pour s’assurer la victoire, on a perdu. “That’s it!”»

Dur à encaisser pour Brouillard

Éliminé le printemps dernier lors de la demi-finale, le défenseur de 20 ans Nikolas Brouillard encaissait durement cet autre revers au tournoi de la coupe Memorial.

«C’est “tough” à avaler. J’aurais tellement voulu gagner avec ce groupe. Le plus beau groupe de ma carrière, et ça paraissait sur la patinoire. Dès mon arrivée en décembre, j’ai pu constater combien les gars étaient unis et qu’ils avaient tous le même but. On a montré que nous étions capables de rivaliser avec les meilleurs. On a tout donné», a dit Brouillard, qui à l’exemple des deux autres «20 ans» de l’équipe, Chase Marchand et Allan Caron, a tiré un trait sur sa carrière junior.

«Ça fait mal de perdre en prolongation. Nous avions la chance de finir avec la victoire en troisième. Je suis vraiment fier, on a tout laissé sur la patinoire malgré les blessures et les bobos», a dit Caron.

«On sort d’ici la tête haute et nous avons prouvé que nous pouvions rivaliser avec London», a enchaîné Jérémy Lauzon.