Crédit : Evan Buhler/Agence QMI

Coupe Memorial 2016

L’histoire favorable aux Knights

Publié | Mis à jour

Les statistiques du tournoi de la Coupe Memorial laissent croire que les Knights de London seront sacrés champions.

Depuis 1993, une seule équipe parmi les onze qui avaient compilé une fiche de 3-0 durant la phase préliminaire de la compétition s’est inclinée durant la finale du tournoi.

Les membres de l’organisation des Knights étaient aux premières loges quand l’exception à cette tendance lourde s’est produite, en mai 2014. Les Oil Kings d’Edmonton, auteurs d’une fiche de 1-2 en ronde préliminaire, avaient surpris le Storm de Guelph par le pointage de 6-3 lors de la finale disputée au Budweiser Gardens, de London.

Guelph avait non seulement gagné ses trois parties, mais l’offensive des champions de la Ligue junior de l’Ontario (OHL) avait tonné de 18 buts et la défensive en avait alloué sept. Puis, les Oils Kings avaient eu besoin de deux périodes de prolongation pour vaincre les Foreurs de Val-d’Or lors de la demi-finale.

Congé prolongé

Inactifs depuis mardi soir, les Knights se reposent et jouent les touristes depuis quelques jours. Mercredi, l’équipe s’est dirigée vers Banff pour observer les sommets enneigés de cette station alpine. Certains n’auraient pas apprécié l’ascension en gondoles au-dessus du vide. Jeudi, les joueurs ont tué le temps par petits groupes, certains devant des consoles de jeu.

L'entraîneur Dale Hunter a précisé avoir passé son tour puisqu’il n’a pas tenu de manettes entre ses mains depuis la première version de Dunky Kong, lancée en 1981. Seuls les plus âgés du troupeau de journalistes, dont l’auteur de ces lignes, semblaient se souvenir de ce jeu ou de l’époque des Commodore 64.

«Exactement!», a lancé l’ancienne petite peste des Nordiques de Québec, heureux de compter sur un contemporain parmi ses interlocuteurs.

L’attaquant Christian Dvorak, qui n’était évidemment pas né en 1981, a toutefois apprécié son expédition à Banff.

«C’était cool! Je ne connaissais pas cette région. En vérité, je n’avais jamais entendu parler du parc national de Banff. Nous avons passé de beaux moments ensemble, mais on doit quand même se préparer pour le match de dimanche», a mentionné l’Américain, plus à l’aise sur une patinoire qu’en géographie.

«Quatre jours de congé, ça peut paraître long pendant un tournoi comme celui-ci, mais durant la saison régulière, habituellement, nous ne jouons pas de match du lundi au jeudi», a rappelé Dvorak.

Qu’importe si Red Deer ou Rouyn-Noranda remportait la demi-finale vendredi soir, les Knights ne changeront pas leur préparation.

«On se concentre sur notre équipe», a dit l’espoir des Coyotes de l’Arizona qui disputera un dernier match en carrière dans les rangs junior lors de la finale du tournoi. «J’ai n’ai pas eu l’occasion de dresser le bilan de mes trois saisons à London. Ça viendra en temps et lieu.»