Coupe Memorial 2016

Des signes encourageants, selon Gilles Bouchard

Agence QMI / Mario Morissette

Publié | Mis à jour

L’entraîneur-chef des Huskies de Rouyn-Noranda, Gilles Bouchard, n’était pas envahi par la panique au lendemain d’un revers de 5-2 aux mains des redoutables Knights de London, mardi soir.

Malgré la fiche de 1-2 de son équipe, Bouchard a tracé un bilan neutre du tour préliminaire de la compétition.

«Durant les deux premiers matchs, nous avons eu des hauts et des bas. Il faut en être conscient. On voulait s’améliorer de partie en partie et mardi, nous avons vu notre équipe jouer à son image, a-t-il dit. On peut parler d’une défaite positive. Les nombreuses punitions ont cependant brisé le rythme. Comme entraîneur, ça t’empêche d’employer certains joueurs durant des périodes prolongées. À la longue, ça devient frustrant.»

Au neutre

Arme fatale depuis l’automne, l’attaque massive des Huskies tourne au ralenti depuis le début de la compétition, avec seulement quatre buts en 21 essais (19 %).

«C’est insuffisant. Nous avons toujours été au-delà de la barre des 20 % au cours de la saison. On se comportait aussi très bien en désavantage numérique. C’est plus difficile lors du tournoi, mais nous devons rester positifs. On a joué avec le couteau entre les dents en troisième période contre London.»

Le capitaine Francis Perron a rappelé que le succès des unités spéciales fait souvent tourner le vent sur la patinoire.

«On doit aller chercher le rythme à l’aide de nos supériorités numériques et surtout, faire attention de ne pas concéder de but en pareilles circonstances comme ce fut le cas mardi.»

Perron est à la recherche d’un premier filet durant le tournoi.

«J’ai quand même confiance malgré ces trois matchs sans but. Je dois continuer à prendre des lancers vers le filet», a dit celui qui a vu quelques rondelles faire résonner le métal des poteaux et de la barre horizontale.

En attente

À l’exemple de tous les membres de l’organisation québécoise, Perron ignorait quel serait le prochain adversaire des Huskies et quand le prochain match aura lieu.

«On se prépare mentalement peu importe l’identité de notre prochain adversaire. Bien sûr, on prendra un peu pour Red Deer ce soir (mercredi), car s’ils (les Rebels) gagnent, nous jouerons un match de moins, tout en accédant à la demi-finale.»