LHJMQ

Des scènes éprouvantes pour la famille Lauzon

Publié | Mis à jour

Le 15 avril dernier, Jérémy Lauzon, des Huskies de Rouyn-Noranda, recevait une profonde entaille au cou. Une blessure causée par une lame de patin.

Le sang s’était répandu sur la surface glacée de l’aréna IamGold. À voir ci-dessous:

Lauzon quitte la glace en sang - TVA Sports

La rapidité des intervenants médicaux et un soupçon de chance dans cette malchance (la lame est passée à quelques millimètres de la carotide ou d’un nerf), a épargné des séquelles au natif de Val-d’Or et espoir des Bruins de Boston.

Mardi soir, ce fut au tour de son frère cadet Zachary de procurer des sueurs froides à maman Manon, papa Ghyslain et les membres de sa famille d’accueil présents dans le Centrium! Frappé solidement dans le dos par le Knight C.J. Yakimowicz, Zachary Lauzon a percuté violemment la bande et il s’est écroulé aux abords du filet de Chase Marchand.

En panique et en portant une main à la gorge, il a partagé sa détresse respiratoire avec ses coéquipiers. Le personnel médical est accouru.

À voir dans la vidéo principale.

Les Lauzon n’étaient certainement pas les seules personnes inquiètes dans l’amphithéâtre devenu encore plus silencieux qu’à l’habitude.

Les secondes ont paru durer des heures jusqu’au moment où Zachary Lauzon s’est relevé pour quitter la patinoire sur ses jambes.

«Je savais que le joueur des Knights s’en venait pour me frapper d’aplomb. J’ai perdu le souffle et j’ai paniqué. C’est une réaction humaine normale quand tu manques d’air et que ça ne revient pas (à la normale). Ça m’a pris 20, 25 secondes avant de recommencer à respirer. Lucie (Gandmont, la thérapeute sportive) a fait un bon "job", mais elle m’a dit que je commençais à devenir mauve dans le visage! Ça s’est bien passé par la suite. Ce genre d’accident fait partie du hockey.»

Mauvais souvenirs

Certains témoins ont cru que Lauzon avait été atteint à la gorge (impact contre la rampe ou la baie vitrée) et subi une blessure similaire à celle subie (fracture du larynx) par Trent McCleary des Canadiens de Montréal, en janvier 2000. «Je n’ai pas été atteint à la gorge. Je pense que mon diaphragme a encaissé le choc.»

«Personne dans l’aréna ne savait ce qui se passait à part moi. C’est sûr que cela a stressé mes parents. En fait, ils capotaient sûrement! C’est compréhensible après la récente blessure de mon frère», a mentionné Zachary Lauzon.

«Mes parents avaient trouvé la situation pénible quand j’ai subi ma blessure à Rouyn-Noranda. Mon père était dans les gradins et il a vu la mare de sang sur la glace. Ce soir-là, ma mère était partie dans un congrès. On pratique un sport physique, ce genre de blessures surviennent parfois.»

Hier, les parents Lauzon qui verront bientôt leur benjamin Émile accéder à la LHJMQ ont profité du congé des Huskies pour se changer les idées à Banff.