Sport universitaire

Yale cause la surprise en lever de rideau

Publié | Mis à jour

L’Université Yale a causé la première surprise du «March Madness», jeudi, en terrassant 79-75 l’Université Baylor, classée cinquième.

La défaite était d’autant plus cinglante puisque c’est la deuxième année de suite que Baylor s’incline en première ronde, ayant été surpris par la modeste Université Georgia State en 2015.

Pour Yale, il s’agit d’une première victoire dans l’histoire de l’équipe, qui en était à une première participation à ce tournoi depuis 1962.

L’université reconnue davantage pour son programme académique qu’athlétique aura pour prochain adversaire Duke.

Les hommes de l’entraîneur de l’équipe olympique Mike Krzyzewski, classés quatrièmes, ont défait UNC-Wilmington 93-85.

L’Université Purdue, classée cinquième, a baissé pavillon 85-83 en prolongation contre Little Rock.

La 12e tête de série a eu besoin d’un tir de trois points de la dernière chance, pris à 30 pieds du panier, pour forcer l’égalité alors que le temps s'écoulait à la deuxième demie. Little Rock se frottera à Iowa State au prochain tour.

Par ailleurs, UConn a pris la mesure de l’Université Colorado 74-67 et Virginia, meilleure équipe dans la portion Midwest du tableau, a démoli Hampton 81-45. Son prochain adversaire sera Butler, tombeur de Texas Tech 71-61.

Entrée en scène de Boucher

Vendredi, le tournoi commencera pour le Montréalais Chris Boucher, qui évolue avec l’Université Oregon, classée première dans la section Ouest du tableau.

Nommé à la première équipe défensive pour la conférence Pac-12, Boucher, un joueur de quatrième année, réussit en moyenne 3,1 blocs par match.

Oregon compte aussi dans ses rangs Dillon Brooks, un joueur de deuxième année originaire de Mississauga qui marque en moyenne 17,1 points par match. Il a été nommé à la première équipe d’étoiles de la conférence Pac-12.

Si les talents de Boucher ne sont pas aisément transposables dans la NBA, ceux de Brooks pourraient séduire une équipe.