Crédit : REUTERS

Red Bull Crashed Ice

Pas de Red Bull Crashed Ice à Québec en 2017

Publié | Mis à jour

Il faudra attendre quelques années avant de revoir à Québec les meilleurs casse-cous sur lames de la planète. La ville d’Ottawa a été préférée à la Vieille Capitale pour la présentation de la seule étape canadienne au calendrier du Red Bull Crashed Ice en 2017.

L’annonce a été faite lors d’une conférence de presse, jeudi matin. Ottawa tiendra la finale de la prochaine saison en mars 2017 en marge des festivités du 150e anniversaire de la Confédération. Les patineurs s’exécuteront sur les écluses du canal Rideau, près du Château Laurier et du Parc Major’s Hill.

L’entreprise derrière l’organisation du Crashed Ice à Québec, Gestev, a refusé de commenter, préférant attendre le dévoilement du calendrier officiel de la prochaine saison. Même son de cloche du côté du géant de la boisson énergisante.

«Nous dévoilerons les détails des dates et des arrêts du calendrier 2017 plus tard cette année, vers l’automne», s’est contenté de répondre le directeur des communications chez Red Bull Canada, Adam Moffat. Québec peut-elle donc toujours rêver à la descente de patinage extrême? Allez savoir!

Québec a accueilli la populaire compétition neuf ans de suite, de 2006 à 2014, avant de céder sa place à Edmonton, en mars 2015. La 10e édition dans les rues de Québec a eu lieu en novembre dernier plutôt qu’à la fin de la saison comme c’était le cas dans les années passées où le champion du monde était couronné.

Gestev épaulait d’ailleurs les organisateurs de la course d’Edmonton et n’a jamais écarté qu’un système d’alternance entre les villes hôtes soit mis en place pour favoriser le développement du sport au pays. Niagara Falls a aussi accueilli une étape en 2012 à l’initiative de l’entreprise québécoise.

Normal pour un athlète

Pour Simon Gagnon, qui a participé à plusieurs épreuves à Québec et ailleurs dans le monde, il est important que d’autres villes goûtent au Crashed Ice. Même si ça signifie que Québec doit passer son tour.

«Ça fait un bout que c’est à Québec et il faut qu’il y ait d’autres villes aussi. Ça ne vient pas l’année prochaine, ça va peut-être venir l’année d’après», a réagi le patineur de Sept-Îles résidant à Stoneham.