Crédit : Courtoisie : Stéphane Gosselin

Plein air

Les défis de la pêche au maskinongé

Publié | Mis à jour

Le défi de taille s’applique de quelques façons : taille dans le sens où on peut prendre de très gros spécimens; taille dans le sens où il faut prospecter pour trouver les endroits propices à la présence du maskinongé; taille parce qu’il faut utiliser des leurres  artificiels de bonne proportion, que ce soit poisson-nageur ou «spinnerbait»; et finalement, ça vous prend une bonne dose de patience selon les humeurs de ce requin d’eau douce.

J’ai eu le plaisir, il y a quelques jours, de tourner une émission sur le sujet. N’étant pas un spécialiste du maskinongé, j’ai demandé à quelqu’un qui connaît vraiment ça de m’accompagner : Martin Bérubé, de Thomas Marine, et coanimateur en compagnie de Daniel Leclerc sur Pêche en ligne, site web consacré à la pêche de plusieurs espèces où les techniques pour capturer du poisson à toutes les saisons sont monnaie courante.

Le maskinongé se pêche toute la saison estivale bien sûr, mais les passionnés le pêchent beaucoup en automne et même au début de l’hiver, en décembre, jusqu’à la prise des glaces. Il semblerait que le maskinongé prend une importante masse musculaire en automne, il prend beaucoup de poids, ce qui fait qu’un maskinongé de 25 livres pris en été peut avoir un poids de 35 livres en fin de saison, et ce, pour le même poisson, de là la frénésie de la pêche tard en saison automnale.

On retrouve le maskinongé dans plusieurs plans d’eau dans les environs de Montréal, dont le lac Deux-Montagnes, le lac St-François et la rivière Outaouais.

La principale technique utilisée pour notre expédition a été la pêche à la traîne.

Ne manquez pas cette émission en 2016 à «Expédition Faune» sur les ondes de TVA Sports et de TVA Sports 2, de même que sur Vidéotron sur demande.  

(Texte écrit par Stéphane Gosselin, animateur d'«Expédition Faune»)