Plein air

La saison de la chasse à l’ours à son meilleur

Stéphane Gosselin

Publié | Mis à jour

La chasse à l’ours noir, un peu comme le brochet pour les pêcheurs, n’est pas la préférée des amateurs de chasse au Québec.

Pourquoi? Sans avoir la réponse exacte, j’en déduis que la raison première est que cette activité est moins sportive.

Si on la compare à la chasse de l’orignal ou du cerf de Virginie, en ce qui concerne la préparation, l’appel de l’animal et également la période de chasse également.

Il y a aussi la venaison qui ne semble pas avoir la cote auprès des chasseurs et bien sûr, l’idée de se retrouver envahie par une colonie de mouches pendant de longues heures.

À l’inverse, cet animal est impressionnant de par sa stature, sa force physique et la beauté de sa fourrure, qui est à son meilleur vers la mi-juin.

Cette chasse demande beaucoup de préparation en ce qui concerne l’appâtage avant et pendant la période de chasse. C’est une partie très importante pour avoir du succès.

Des pourvoiries et des réserves fauniques peuvent faire une bonne préparation pour vous.

J’aime bien l’idée de faire un combo de chasse à l’ours et pêche. Gardez la période du matin ou du soir pour la chasse et le reste pour la pêche.

Je préfère le matin, contrairement à la coutume de la chasse du soir.

Pour le cas des mouches, les magasins de chasse et pêche offrent des vestes avec un capuchon entièrement en filet contre les mouches.

Il y a aussi différents styles de chasse-moustiques efficaces sur le marché à utiliser si le vent est du bon côté.

Quelques statistiques

Voici quelques statistiques recueillies sur le site des Forêts, de la Faune et des Parcs du Québec, excluant les prises par piégeage.

En 2014, il s’est vendu 13 553 permis. Sur ce nombre, 4611 ours noirs ont été récoltés, donc tout près de 38 % de réussite.

En 2013, 4364 ours ont été récoltés. Les zones de chasse ou il y a plus de succès sont la 13, qui touche une moitie de la réserve de La Vérendrye et l’Abitibi, ainsi que la zone 10 qui se retrouve en Outaouais.

La chasse à l’ours donne une bonne montée d’adrénaline quand ce mastodonte arrive devant vous. Faites-en l’essai.

En ce qui me concerne, dans quelques jours je tente ma chance, je vous en redonne des nouvelles...

À suivre.