Le Fanatik

Nonne et joueuse de hockey

Publié | Mis à jour

On dit souvent que le hockey est une religion au Québec.

Personne n'incarne mieux les deux cultures que Soeur Chantal Desmarais.

Surnommée «Sister» par ses coéquipières, elle voue un culte au hockey. Elle ne rate jamais sa «messe dominicale» à l'aréna de Boucherville, où TVA Sports l’a rencontrée.

Elle trace d’ailleurs un parallèle entre le hockey et la vie chrétienne.

«Le dimanche, c’est quoi? Ce sont des gens qui se rassemblent pour célébrer ensemble, partager leurs joies, leurs peines, se soutenir. Au hockey, c’est un peu ça aussi, les gens se rassemblent pour une même cause», indique-t-elle.

Et pas question non plus pour Soeur Chantal Desmarais de manquer un match des Canadiens de Montréal.

«Mais pas de là à monter les marches de l’oratoire Saint-Joseph à genoux! Pas à ce point-là! (rires) Oui, je suis les matchs des Canadiens, ça fait partie de notre patrimoine culturel québécois.»

Pas de lampions

Qui est son joueur de la Sainte-Flanelle préféré?

«Présentement, j’aime beaucoup Brendan Gallagher. C’est un petit joueur qui se donne à fond. J’aime ça les joueurs qui se donnent à fond et qui n'ont pas peur d'aller dans le trafic, comme on dit.»

Le journaliste Jean-Philippe Bertrand a bien tenté de lui soutirer une petite prière pour le CH, mais Soeur Chantal Desmarais les réserve à ceux qui sont réellement dans le besoin.

«Je vais penser plutôt à ceux qui souffrent, à ceux qui comptent sur mes prières parce qu'ils vivent des moments difficiles. Les Canadiens, c'est un loisir...

«Ça ne veut pas dire que je ne leur souhaite pas la coupe Stanley, mais pas de là à brûler des lampions ou à faire des prières pour ça.»

C'est donc dire que la 25e conquête passera par les miracles de Carey Price et le support de ses fidèles.

(D’après un reportage de Jean-Philippe Bertrand)