Photo : T.J. Tollakson Crédit : Agence QMI

Sports amateurs

Ironman Mont-Tremblant : Tollakson et Gross couronnés

Publié | Mis à jour

L’Américain T.J. Tollakson a remporté en un temps record (8 h 16 min 17 s) le Championnat nord-américain Ironman Mont-Tremblant, dimanche, retranchant plus de 10 minutes à la précédente marque établie par Luke Bell l’an dernier.

C’est la Canadienne Sara Gross qui a été la grande championne du côté des femmes, avec un temps de 9 h 40 min 26 s.

Les deux monarques ont partagé le parcours avec 2600 athlètes provenant de 60 pays.

La course de la dernière chance s’annonçait serrée, les professionnels s’affrontant tous pour les précieux points qui allaient leur garantir une place sur la ligne de départ du Championnat du monde de Kailua-Kona à Hawaï.

Pourtant, dès les premiers kilomètres de course à pied, l’issue de la course était pratiquement décidée pour cette épreuve déterminante.

Tollakson avait creusé une avance de près de 15 minutes sur l’Allemand Andreas Raelert, bouclant le 180 kilomètres de vélo en un impressionnant 4 h 26 min 55 s.

Dès les premiers kilomètres de course, il apparaissait évident que le coureur capable d’un marathon en 2 h 47 n’allait jamais rattraper le meneur.

Il a plutôt cédé la deuxième marche à Daniel Halksworth, et de la même façon, son billet pour Kona.

Bell abandonne

Quant au champion précédent, l’Australien Luke Bell, il a dû abandonner après l’étape de vélo en clopinant, sa blessure au genou l’hypothéquant visiblement.

Si cette victoire surprend, le nouveau champion et nouveau papa n’ayant pas été très actif sur le circuit de compétition, elle n’a pas étonné l’athlète.

«J’avais tout misé sur l’Ironman Mont-Tremblant pour aller à Kona, a fait valoir Tollakson. Je ne voulais faire qu’un Ironman cette année et participer à Kona. C’était ici, en gagnant le Championnat nord-américain, que je pouvais venir chercher les points nécessaires en une seule course. J’étais prêt.»

La lutte a été plus serrée chez les femmes.

Gross a eu des ennuis mécaniques à vélo, de sorte qu’elle a dû faire une impressionnante remontée pour aspirer au podium.

Elle a finalement réussi à ravir la première place au 27e kilomètre du marathon à Amber Ferreira, qui menait la course en reine depuis l’abandon de Tine Deckers.

La troisième marche du podium a été comblée par l’Américaine Beth Shutt.

Toutes les trois devraient s’affronter de nouveau au Championnat du monde cet automne.

Gigou, le meilleur Québécois

Encore cette année, c’est l’amateur Pierre-Yves Gigou qui a été le meilleur Québécois.

Avec un temps de 9:08:40, il est premier du «groupe d’âge» et surtout, septième au classement général, incluant les concurrents de niveau amateur et élite, devançant même Elliot Holtham, le professionnel canadien.

Gigou prévoit faire le saut comme triathlète professionnel dès l’année prochaine, après avoir profité d’un nouveau passage à Kona.