Photo : Patrice Bergeron Crédit : REUTERS/Winslow Townson © Thomson Reuters 2013

 

LNH

«On doit être meilleur» - Patrice Bergeron

Publié | Mis à jour

Patrice Bergeron s’est exprimé pour la première fois mardi depuis que le Canadien de Montréal a éliminé les Bruins de Boston lors du septième duel de leur série, le 14 mai dernier.
 
L’attaquant ne cherche pas d’excuses pour expliquer la défaite des siens.
 
«On n’a pas joué du bon hockey pendant les sept matchs, a-t-il admis lors d’une conférence de presse tenue en marge du Pro-am Gagné-Bergeron. On a joué de bons matchs et de moins bons, tandis que le Canadien a été plus constant que nous. Il a joué une bonne série. Il n’y a pas d’autres excuses que ça. On doit être meilleur.»
 
D’ailleurs, le lauréat du trophée Frank-J.-Selke, remis au meilleur attaquant défensif de la Ligue nationale de hockey, n’a pas passé son été à penser à cette élimination.
 
«Chaque année, lorsque tu n’atteins pas le but ultime, c’est difficile à avaler. Une fois que c’est derrière toi, tu dois penser à l’an prochain et être prêt pour trouver les moyens afin que ça n’arrive pas.
 
«Il ne faut pas s’apitoyer sur ça, il faut se retrousser les manches. On a des joueurs de caractère en séries et on sait ce que ça prend et comment c’est difficile de gagner à ce niveau-là.»
 
Lucic: question d'émotion
 
Évidemment, les propos de Milan Lucic à l’endroit de Dale Weise pendant la poignée de main au terme de la série ont fait grandement jaser. Si Lucic a bel et bien menacé de mort l’attaquant du CH, Bergeron n’a pas trop voulu s’attarder sur le sujet.
 
«C’est une question d’émotion. Ce n’est pas à moi de commenter sur comment Milan se sentait après le match. Ça demeure un sport avec beaucoup d’émotions.
 
«Beaucoup de choses se disent pendant un match de hockey et je ne crois pas que ce soit utile de toujours les décortiquer. Personne n’était content de perdre et malheureusement, les propos se sont retrouvés plus loin que sur la glace.»
 
Encore compétitifs
 
Malgré la perte de Jarome Iginla et de Shawn Thornton sur le marché des joueurs autonomes, Bergeron ne croit pas que les Bruins seront moins dangereux la saison prochaine.
 
«Ce sont deux grands joueurs qui avaient un impact important dans l’équipe. Par contre, comme lorsqu’il y a des blessés, il faut que d’autres joueurs se lèvent pour combler les pertes. En même temps, on a de bons jeunes à Providence [dans la Ligue américaine] avec beaucoup de talent et d’énergie pour faire l’équipe. Ça peut amener un vent de renouveau à Boston.»
 
Les Bruins seront-ils encore des prétendants à la coupe Stanley?
 
«Il le faut. En tant que joueur, j’ai confiance en mon équipe. On doit maintenant recommencer à zéro.»