Photo : P.K. Subban Crédit : Agence QMI

 

Canadiens

«Les négociations ne vont pas très bien» - Lavoie

Publié | Mis à jour

Partisans du Canadien de Montréal, ne vous affolez pas.

Ce n’est pas parce que P.K. Subban n’a pas encore signé de contrat avec la Sainte-Flanelle que son avenir dans la métropole est compromis. Le défenseur vedette et le Tricolore ont encore trois jours pour arriver à s'entendre : l’audience devant l’arbitre est prévue pour le 1er août.

À voir et à lire également :

Ce n’est un secret pour personne, les querelles contractuelles qui sont portées en arbitrage ont tendance à se régler à la dernière minute. L’autre joueur du Canadien à avoir opté pour le processus, Lars Eller, a vu son dossier être réglé une journée avant la date butoir du 25 juillet.

Il n’en demeure pas moins que selon Renaud Lavoie, la possibilité de voir P.K. Subban et le Canadien incapables de s’entendre avant le 1er août est bien réelle.

«Les négociations entre le Canadien et Subban ne vont pas très bien, a-t-il expliqué sur les ondes de la chaîne TVA Sports, mardi. Est-ce possible que Subban doive aller en arbitrage? Je crois que oui.

«Par contre, est-ce que le qualifierais cette possibilité à plus de 50%? Non. Mais la possibilité est quand même là.»

Un processus dangereux

L’arbitrage est un processus qui peut être dangereux. Si Subban et le Canadien devaient s’y rendre, les conséquences pourraient être bien tristes.

«Si Subban doit aller en arbitrage, c’est probablement son dernier contrat avec le Canadien. Par la suite, c’est évident qu’il ira regarder ailleurs.

«C’est une situation qui serait mal vue du côté du défenseur et de son agent, Don Meehan, mais entre l’offre et la demande, il y a en ce moment un écart important.»

L’ancien joueur de la LNH Simon Gagné, maintenant analyste hockey à la chaîne TVA Sports, est du même avis que Lavoie : le Canadien et son défenseur étoile doivent absolument éviter l’arbitrage, car le processus pourrait laisser des traces.

«Je ne serais pas surpris que ça se règle la journée avant, a expliqué Gagné. Lorsqu’un joueur de concession comme Subban et la direction ne sont pas capables de s’entendre, ça ne lance pas un bon message…»

La nature humaine...

Ce sont de bien noires paroles qu’ont prononcé Lavoie et Gagné, mais heureusement, elles exposent le pire des scénarios.

Selon l’avocat du Bleu-blanc-rouge, Me André Lepage, les deux parties pourraient encore arriver à s’entendre tout juste avant d’aller en cour vendredi matin.

«Je sais que c’est un cliché, mais souvent, les portes se ferment, tout le monde est prêt à commencer, et le dossier se règle dans les dernières secondes, a-t-il raconté. C’est la nature humaine : les gens veulent savoir qu’ils sont allés jusqu’au bout du processus de négociation et qu’ils sont allés chercher le maximum.»

En effet, outre Vladimir Sobotka des Blues de St. Louis cette année, tous les joueurs qui avaient demandé l’arbitrage au cours des trois dernières saisons ont vu leurs dossiers être réglés avant la limite.


Canadiens

Partager
Partager
Partager
Partager

Malhotra au sommet de la LNH

hier à 10h57

 

Lorsque Marc Bergevin a fait l’acquisition de Manny Malhotra, c’était dans un but bien précis: gagner des mises en jeu.

Partager
Partager
Partager

Subban avait le sens du spectacle

19 octobre

 

Trois buts sans riposte inscrits au cours du deuxième tiers, dont deux de P.K. Subban ont mené le Tricolore vers un gain de 3-2 contre l’Avalanche.

Partager

Subban, première étoile du match

18 octobre

 

P.K. Subban a été nommé la première étoile du match entre les Canadiens de Montréal et l'Avalanche du Colorado, samedi soir.

Partager

Subban mystifie Pickard

18 octobre

 

Grâce à un boulet de P.K. Subban en supériorité numérique, les Canadiens ont créé l’égalité 1-1 contre l’Avalanche.

Partager
Partager
Partager