Photo : Dale Tallon (centre) avec José Théodore (droite) et Louis Jean. Crédit : Capture d'écran TVA Sports

LNH

Les trois aveux de Tallon

Publié | Mis à jour

Le retour de Roberto Luongo en Floride, ce n’est pas qu’une simple acquisition.

C’est le début d’une nouvelle ère pour les Panthers.

Le directeur général Dale Tallon a fait trois aveux, mercredi.

Les experts du «Premier Trio» Louis Jean et José Théodore - un de ses anciens joueurs en Floride - l’ont rencontré dans le cadre de la réunion des DG à Boca Raton, sur la côte Est de l’état américain.

À VOIR AUSSI : Luongo sous le soleil pour gagner

Il y a deux ans que je t’aime

Premièrement, Tallon a admis que ça faisait un bail qu’il tentait d’acquérir Luongo des Canucks de Vancouver pour faire revenir le Québécois là où il s’est fait un nom, de 2000 à 2006.

«C’était excitant pour nous. On est heureux d’avoir Roberto», s’est réjoui le gestionnaire dans un français cassé, mais compréhensible à 100 %.

«On a commencé le projet il y a 2 ans avec Vancouver. Finalement, c’est arrivé à la date limite des transactions.»

La veille de la date butoir, Luongo quittait effectivement les Canucks en compagnie de Steven Anthony. Le gardien Jacob Markstrom a pris le chemin de la Colombie-Britannique avec l’attaquant Shawn Matthias.

Les dollars

Deuxième aveu : Tallon a maintenant le feu vert de la haute direction des Panthers pour obtenir les joueurs qui rendront à la concession moribonde un peu de sa superbe, et ce, en payant le prix nécessaire.

C’est là la nouvelle philosophie prônée par le nouveau propriétaire, Vincent Viola, qui a acheté les Panthers en septembre dernier.

«On a le mandat de se rendre au plafond salarial, c’est un changement ici, a confié Tallon. Avant, c’était difficile pour nous avec le budget. Maintenant, le mois de juillet va être plaisant.

«Nous serons très actifs avec les joueurs autonomes et ce sera très bon pour nos jeunes joueurs. Si on peu ajouter une couple de gars expérimentés avec du caractère, ça va nous aider dans le futur.»

Ainsi, la transaction de Luongo fait encore plus de sens. Le portier de 34 ans en est à la quatrième année d’un contrat de 12 ans d’une valeur de 64 millions $ qui le mènera assurément à sa retraite. Un pacte qui faisait peur à beaucoup d’équipe de la LNH et que regrettait Luongo lui-même.

Est-ce que la pression est sur le directeur général, maintenant?

«C’est correct, c’est pour ça que je fais un gros salaire! a ricané Tallon. J’ai confiance. Je l’ai fait à Chicago (quand il était DG des Blackhawks, NDLR), je vais le faire ici.»

Théo «confronte» Tallon

Enfin, le dernier aveu de Tallon : il regrette de ne pas avoir gardé José Théodore après la campagne 2012-2013, quand le contrat du gardien québécois est venu à échéance.

«J’ai fait une faute! a affirmé le natif de l’Abitibi. José est un bon gardien. On a fait une faute, you have to admit that («tu dois reconnaître ton erreur»).

Le bon Théo en a remis, prenant soin de préciser qu’il entretient une bonne relation avec le directeur général des Panthers.

«Le championnat de section (en 2011-2012), ça c’est l’année que j’étais là! a rigolé le nouvel expert de la chaîne TVA Sports. Quand je regarde ça, ça me fait plaisir!»

«Dale et moi, on a une bonne relation. On joue au golf ensemble. J’ai été très déçu, mais Dale le sait. C’est le côté business

Avec le retour de Luongo, le directeur général des Panthers a échangé le salaire substantiel de Tim Thomas contre celui moins lourd de Dan Ellis, en provenance des Stars de Dallas.

Ellis, 33 ans, touchera 900 000 $ en 2014-2015. Est-ce que Tallon manigancera pour ramener Théodore à titre de substitut de Luongo? Le gardien touchait 1,5 million $ quand il jouait pour les Panthers.

Les deux hommes n’en ont pas parlé devant la caméra. En parleront-ils sur les verts de la Floride?