Crédit : Agence QMI

LNH

Gretzky : Quand la nouvelle vient du Québec

Publié | Mis à jour

La transaction dans laquelle se trouvait Wayne Gretzky impliquait peut-être les Kings de Los Angeles et les Oilers d’Edmonton, mais la nouvelle a été rapportée pour la première fois… au Québec.

Un 6 août 1988, un journaliste de la belle province, Tom Lapointe, publiait cette nouvelle qui a eu l’effet d’une bombe aux quatre coins de l’Amérique du Nord. Trois jours plus tard, le monde du hockey était ébranlé : la Merveille quittait bel et bien l’Alberta pour la Californie.

À LIRE AUSSI : Que sont-ils devenus? | Son empreinte à Edmonton | Cherry abasourdi | Gretzky a exorcisé ses démons | Gélinas flatté

Comment un journaliste du Québec a-t-il pu apprendre une telle nouvelle, même si elle impliquait des équipes basées à des milliers de kilomètres d’où il se trouvait?

«J’avais mes informateurs à Los Angeles, a-t-il raconté à la chaîne TVA Sports vendredi, 25 ans jour pour jour après l’annonce officielle de la transaction. Pat Brisson, un soir, s’est un peu échappé. Il m’a dit : "je ne veux jamais que mon nom soit dévoilé dans cette histoire, tant que Wayne jouera au hockey. Cependant, j’ai une grosse nouvelle à t’annoncer : c’est fait, Gretzky vient d’être échangé, ou le sera bientôt, aux Kings."

«Je connaissais bien Luc Robitaille, depuis la fin de sa carrière junior avec les Olympiques de Hull dans la LHJMQ. Il jouait avec moi dans un tournoi caritatif de balle-molle, comme plusieurs autres joueurs de hockey. Brisson était l’un de ses copains.»

De l’angoisse, mais de la certitude

Avec une nouvelle aussi importante, Lapointe était quand même un peu inquiet. Cependant, il n’a jamais douté qu’il avait raison.

«J’ai quand même vécu certains moments d’angoisse, lorsque j’ai écrit cet article, a-t-il avoué. Évidemment, le lendemain matin, tout a été démenti par pratiquement toutes les agences de presse, surtout à Edmonton. Par contre, j’étais certain de mes informations et que ça aurait lieu. Je savais où était Gretzky et que la transaction était complétée.

«Le 7 août, alors que les 10 ou les 15 prochaines heures s’écoulaient et que Gretzky ne sortait pas de sa cachette pour tout démentir, je savais que ça sentait bon.»

«Wayne a changé la face du hockey»

Tout le monde connaît la suite de l’histoire : le meilleur pointeur de l’histoire de la LNH (2857 points) a passé un peu moins de huit saisons à Los Angeles et il a continué de briller. Avec sa présence, il a surtout donné une belle visibilité au hockey en Californie.

Aujourd’hui, beaucoup plus de Californiens pratiquent ce sport. Emerson Etem (Ducks d’Anaheim), Beau Bennett (Penguins de Pittsburgh) et Jonathon Blum (Wild du Minnesota) en sont de bons exemples.

«À l’époque, il n’y avait pas de grands réseaux, comme NBC ou ABC, qui osaient présenter des matchs de hockey, a mentionné Lapointe. Il a permis de vendre le sport aux États-Unis. À quelque part, le hockey est devenu une discipline majeure, même s’il n’a pas atteint le niveau du baseball majeur ou de la NFL.

«Les joueurs actuels doivent beaucoup à Wayne, c’est grâce à lui s’ils gagnent tous ces salaires faramineux. Il a changé la face du hockey.»