Photo : Kyle Quinlan Crédit : REUTERS/Todd Korol © Thomson Reuters 2013

 

Alouettes

Quinlan n'est plus motivé

Publié | Mis à jour

Le quart canadien Kyle Quinlan était attendu au camp des Alouettes de Montréal en fin de semaine.
 
Il a cependant décidé de tourner le dos au football professionnel et d’accepter un emploi comme entraîneur avec les Marauders de  l’Université McMaster.
 
La formation montréalaise a confirmé la nouvelle en début d’après-midi.
 
«(Kyle) Quinlan nous a fait savoir qu’il ne voulait plus jouer, a mentionné le directeur général des Alouettes, Jim Popp, à l’Agence QMI. Nous sommes déçus, car nous avions de grosses attentes envers lui pour le camp d’entraînement.»
 
S’il s’était présenté à Lennoxville, Quinlan avait une chance réelle de percer la formation des Alouettes pour devenir l’un des réservistes à Anthony Calvillo.
 
Le joueur de 24 ans a déclaré au quotidien The Hamilton Spectator qu’il n’avait plus le feu sacré.
 
«C’était devenu difficile de me motiver à l’entraînement, a déclaré Quinlan qui avait signé un contrat de trois ans avec les Alouettes au mois de décembre dernier. Cette situation est devenue préoccupante pour moi.»
 
L’ancien numéro 12 a participé à deux camps professionnels, mais il n’avait pas apprécié l’aventure du football professionnel.
 
«Ma seule expérience dans la LCF a été de prendre part à deux camps d’entraînement où je suis demeuré dans l’entourage de l’équipe sans rien faire», a-t-il ajouté en précisant qu’il ne critiquait pas les organisations des Tiger-Cats de Hamilton et des Alouettes de Montréal, qui l’ont invité au cours des deux dernières années.
 
Au cours des deux dernières semaines, un repas en compagnie de son ancien coordonnateur à l’attaque Jon Behie a confirmé la décision du pivot. Les deux hommes ont discuté pour tenter d’aider Quinlan à y voir clair dans sa décision. Sans compter que les Marauders lui avaient offert un emploi d’entraîneur à vie à la fin de la dernière saison.
 
Glorieuse carrière
 
Au cours de ses cinq années dans l’uniforme des Marauders, Quinlan a laissé sa trace dans l’histoire du Sport interuniversitaire canadien (SIC) en menant notamment sa formation à deux finales de la coupe Vanier en autant de saisons.
 
Il a également remporté le trophée Hec-Creighton remis au joueur par excellence du SIC la saison dernière.
 
Quinlan aura un emploi à temps partiel à l’attaque en 2013, mais les détails de ses fonctions ne sont pas encore connus.
 
Pas facile
 
Percer une formation partante dans la Ligue canadienne de football (LCF) n’est pas une mince tâche pour un quart et encore moins quand il a des racines canadiennes.
 
Plusieurs quarts du Sport interuniversitaire canadien (SIC) ont dû faire leur deuil de leur position fétiche à leur arrivée dans le circuit professionnel canadien.
 
Ce fut le cas de Mathieu Bertrand et de Marc-Olivier Brouillette qui ont dû faire preuve d’ouverture d’esprit pour obtenir leur chance dans la LCF. Bertrand, un ancien pivot du Rouge et Or de l’Université Laval a connu une belle carrière avec les Eskimos d’Edmonton comme centre-arrière et sur les unités spéciales.
 
Après cinq ans comme quart-arrière avec les Carabins de l’Université de Montréal, Brouillette est passé du côté défensif et il est devenu secondeur avec les Alouettes.