Photo : Éric Deslauriers Crédit : BEN PELOSSE / © AGENCE QMI

Alouettes

Inspirer les jeunes

Publié | Mis à jour

Cinq joueurs des Alouettes de Montréal étaient de passage à l’Académie Lafontaine de Saint-Jérôme, vendredi. 

À LIRE AUSSI : Heppell devient ambassadeur

Pendant plus d’une heure, ils ont rappelé aux jeunes élèves de sixième année l’importance de demeurer sur les bancs d’école et de persévérer dans la vie.

Tour à tour, Éric Deslauriers, Martin Bédard, Ameet Paal, Michael Carter et Josh Bourke sont venus raconter à leur auditoire les embûches qu’ils ont dû surmonter pour réaliser leur rêve de jouer au football professionnel avant de disputer une partie de basketball amicale contre leurs enseignants.

Ameet Pall, un ailier défensif originaire de Montréal repêché par les Stampeders de Calgary, mais qui a récemment fait le saut chez les Alouettes, a été le premier à s’adresser à la centaine d’élèves présents dans le gymnase de l’Académie.

Après avoir raconté s’être buté à plusieurs portes fermées en raison de sa petite taille, il a expliqué aux élèves qu’il n’a jamais baissé les bras.

«Ne laissez jamais vos actions passées déterminer quelles portes vont s’ouvrir pour vous dans le futur et traitez tout le monde avec respect, a-t-il souligné. Et surtout, même si on vous met des bâtons dans les roues, continuez à travailler fort.»

«Ça n’a pas toujours été facile!»

Bédard a remporté la coupe Grey à deux reprises avec les Alouettes depuis son arrivée avec la formation en 2009. Après avoir raconté son cheminement en tant que joueur de football et parlé des difficultés qu’il a rencontrées, au niveau du langage notamment, en fréquentant une université américaine afin de réaliser son rêve de jouer au football, il a livré le même genre de discours que son coéquipier.

«Ça n’a pas toujours été facile, a-t-il affirmé d’emblée avant de parler de son enfance. Plus jeune, j’étais méchant et je ne communiquais pas avec les autres. Quand j’ai commencé à jouer au football, je me suis vite aperçu que je devais changer d’attitude. J’ai alors redoublé d’efforts, car je voulais absolument jouer au football.

J’ai souvent pensé abandonner, mais c’était mon rêve. J’haïssais l’école, mais j’ai réalisé que je n’avais pas le choix de faire des choses que je n’aimais pas pour atteindre mes buts dans la vie», a-t-il poursuivi, rappelant aux élèves que toutes les connaissances qu’ils acquerront serviront un jour, même s’ils n’en ont pas l’impression.

Près de 200 écoles visitées chaque année

Grâce au programme «Ensemble à l’école avec le CN et les Alouettes», près de 200 écoles de partout au Québec reçoivent chaque année la visite de quelques joueurs. Comme l’explique Bédard, l’objectif est de faire une différence dans la vie des jeunes rencontrés.

«On leur envoie les meilleurs messages possibles pour qu’ensuite ils puissent prendre les meilleures décisions possibles dans leur vie. On veut leur dire que même s’il y a des jours ou des moments difficiles, qu’il y a toujours une façon de les surmonter. On se donne un devoir d’expliquer que dans la vie, les choses ne marchent pas toujours comme on le voudrait.»

Pour Nathalie Tremblay, coordonnatrice à la vie étudiante à l’Académie Lafontaine, c’était la seconde fois qu’elle présentait des joueurs des Alouettes aux élèves. Il ne fait pas de doute que leur passage entraîne des résultats.

«Les joueurs démontrent aux élèves que le fait d’être persévérant et de travailler fort peut les mener loin, que les efforts et les sacrifices sont payants. Quand le message vient de personnalités sportives, on dirait que ça les atteint davantage», conclut-elle.