Adonis Stevenson

Photo : Adonis «Superman» Stevenson Crédit : Agence QMI

 

Boxe

Stevenson fonce pour un titre par intérim

Publié | Mis à jour

La situation est complexe entre l'IBF et le clan du Québécois Adonis Stevenson, mais elle semble tout de même se préciser.

Même si le combat d'unification IBF et WBA des super-moyens (168 lb) entre Carl Froch et Mikkel Kessler a été approuvé par l'IBF, Stevenson pourrait combattre dans un duel de championnat IBF par intérim.
 
«Il y avait un trou dans leur réglementation, a expliqué mercredi le promoteur Yvon Michel. Aucune règle ne proposait une limite de temps dans le cas d'une unification de titres. Pour cette raison, on a fait une demande d'autorisation pour un championnat intérimaire et on devrait recevoir une réponse d'ici la fin de semaine.»
 
«J'ai fait mes recherches et il est bien rare que l'IBF autorise des championnats par intérim : seulement trois ont été commandés depuis leurs débuts, en 1981, a-t-il ajouté. Malgré tout, étant donné les circonstances et l'imprécision de leurs règles, j'ai confiance qu'ils jugeront la demande de façon favorable.»
 
Si c'est concluant, Stevenson (19-1, 16 K.-O.) combattrait contre le rival le mieux classé qui accepterait de grimper dans le ring contre lui.
 
L'Américain Edwin Rodriguez, le Montréalais Lucian Bute et le Sud-Africain Thomas Osthuizen, dans l'ordre, sont les trois pugilistes qui seraient contactés en premier par l'IBF.
 
«L'avantage, c'est qu'une chance au titre par intérim permettrait à Adonis de se battre [possiblement en avril] au lieu d'être sur la voie de service, a confié l'homme d'affaires québécois. Et si le gagnant du combat Froch-Kessler refuse par la suite d'affronter Adonis, il deviendrait champion régulier.»
 
Conditions
 
Si l'IBF refuse la demande de GYM pour un titre intérimaire, l'organisme de sanction basé à Springfield dans le New Jersey aura au moins précisé les conditions entourant cette saga.
 
On peut parler d'une victoire aigre-douce pour Adonis Stevenson.
 
«L'IBF sanctionnera le choc Froch-Kessler s'il a lieu avant le 27 avril, si les contrats arrivent avant le 29 janvier (d'ici 13 jours) et si le contrat ne comporte aucune clause empêchant le vainqueur d'affronter Adonis», a expliqué le patron du Groupe Yvon Michel (GYM).
 
«Le gagnant devra également confirmer par écrit qu'il fera face à Adonis dans les 90 jours après l'affrontement (au plus tard le 27 juillet), a-t-il continué. Si l'une de ces conditions n'était pas remplie, le titre deviendrait vacant.»
 
C'est donc dire que la ceinture IBF ne pourrait être à l'enjeu si la revanche Froch-Kessler a lieu le 25 mai, tel que mentionné par la chaîne TVA Sports au début de la semaine.
 
«Si la couronne IBF est importante pour eux, ils changeront la date», a assuré Yvon Michel.
 
Pas la pire situation
 
Même si cette situation a semblé passablement chaotique, Yvon Michel assure avoir connu pire situation.
 
«Les représentants de l'IBF se sentaient vraiment mal. Je sens une bonne volonté de leur part. Et en 22 ans de carrière, j'ai vu pire», a-t-il mentionné.
 
«Avec Éric Lucas, en 1996 en France, les promoteurs avaient truqué la pesée. Et c'était un combat de championnat du monde, a-t-il renchéri. Fabrice Tiozzo était arrivé à 182 livres, mais la balance en indiquait 173, tout comme Éric. On avait reçu 10 000$ de plus, mais on avait exigé d'être payés en comptant avant la confrontation.»

Boxe

Partager
Partager

Alvarez : un succès sur toute la ligne

27 octobre

 

Eleider Alvarez ne pourrait pas être plus satisfait. Selon lui-même et son entraîneur, il a réussi un combat parfait samedi dernier à Monaco.

Partager
Partager
Partager
Partager

Alvarez respecte la limite

24 octobre

 

Eleider Alvarez a fait le poids en prévision de son combat de samedi à Monte-Carlo contre Ryno Liebenberg.

Partager
Partager

Agression d'un arbitre : le boxeur banni

22 octobre

 

Le boxeur croate Vido Loncar, qui a rivé un arbitre de coups après qu’il ait arrêté son combat contre Algirdas Baniulis, a été banni à vie de la boxe.

Partager
Partager
Partager
Partager