Photo : P.K. Subban Crédit : Agence QMI

 

Canadiens

Un contrat de 4 ans pour Subban?

Publié | Mis à jour

Le directeur général des Canadiens de Montréal, Marc Bergevin, semble avoir une certaine politique concernant les contrats… et il semble y tenir mordicus.

Les agents de P.K. Subban avaient vraisemblablement une vision des choses quelque peu différente de celle de Bergevin, mais cela ne devrait pas empêcher les deux clans de s’entendre prochainement.

«P.K. se sent désiré à Montréal, a indiqué Bob Perno, associé de l’agent Don Meehan au Québec, sur les ondes de LCN. Il est fier d’appartenir aux Canadiens. Il prévoit rester à Montréal très longtemps, si ce n’est pas jusqu’à la fin de sa carrière.

«Cela dit, la direction des Canadiens, menée par Marc, a une certaine politique. Ils semblent tenir à celle-ci et il faut respecter cela. On a petit problème à ce niveau-là, il faut simplement trouver un terrain d’entente.»

Ainsi, à quel genre de contrat doit-on s’attendre?

«Je crois qu’un pacte de trois ou quatre ans est envisageable si l’on considère la politique de Marc Bergevin, a poursuivi Perno. Je pense qu’il y a un moyen de s’entendre avec une durée semblable.

«Pour ce qui est du salaire, je ne peux pas entrer dans les détails, c’est quelque chose qui reste entre Don et Marc.»

Le principal intéressé croit que le processus s’en va dans la bonne direction, à son grand plaisir.

«Pour la première fois depuis le lock-out, mon agent a parlé à Bergevin [lundi], a confié Subban, au Journal de Montréal. J’ai eu de bons échos de cette assez longue rencontre. Il s’agit d’un pas dans la bonne direction. C’est important de rester sur la même longueur d’onde.»

À VOIR : Alain Chainey décortique le jeu de Subban

Présent au camp : oui ou non?

Les camps d’entraînement prendront leur envol d’ici une semaine, ce qui ne laisse pas beaucoup de temps à Bergevin et Meehan pour s’entendre.

«La décision de se présenter au camp ou non appartient à P.K., a précisé Perno. C’est une grosse décision à prendre en raison du risque de se blesser, mais j’espère qu’il n’aura pas à la prendre.»

Impossible de savoir avec certitude quelle sera la décision finale de Subban, mais ses propos sont plutôt révélateurs.

«Quand un joueur ne se présente pas à un camp, ça représente toujours une grande distraction, a affirmé l’Ontarien de 23 ans. Je comprends que si je devais ne pas me présenter, ça prendrait des proportions assez folles dans une ville comme Montréal. Je veux donc éviter ça.

«Je n’ai pas tout le contrôle sur cette situation, mais il n’y a pas de doute que je souhaite être au camp dès le premier jour. Je fais confiance à mon agent pour trouver un bon contrat pour moi et l’organisation. Il y a un sentiment d’urgence, c’est certain, mais on ne peut pas non plus signer n’importe quoi.»